Se connecter S’abonner

Carburants : les prix de l’essence repassent la barre des 2 euros

L’essence n’a jamais été aussi chère, et ce malgré les aides de l’État. Les prix des carburants à la pompe ont continué d’augmenter la semaine dernière et sont repassés au-dessus de la barre symbolique des 2 euros.

crise des carburants
iStock

Alors que le gouvernement a annoncé il y a quelques jours vouloir prolonger l’aide aux ménages français pour faire face aux hausses du coût des carburants, les prix de l’essence ont continué de flamber la semaine dernière, nous apprend Le Figaro.

Selon les chiffres officiels du ministère de la Transition écologique arrêtés chaque vendredi, le super sans-plomb 95 a atteint 2,1012 euros le litre en moyenne, tandis que le sans-plomb 95-E10 affichait 2,0660 euros le litre à la pompe. Une barre symbolique des deux euros pour ces deux carburants qui n’avait pas été franchie depuis le mois de mars et le début du conflit ukrainien. De son côté, le gazole est resté sous la barre des deux euros avec un prix en moyenne de 1,9615 euro le litre. 

Des prix élevés qui tiennent pourtant compte de l’aide gouvernementale sur le carburant, s’élevant à 18 centimes. Une ristourne qui sera maintenue en août, avait annoncé le chef de l’État il y a deux jours.

Une nouvelle aide financière sur les carburants pour les «gros rouleurs» à la rentrée ?

Cette hausse incessante des prix depuis plusieurs semaines s’explique en partie par le conflit en Ukraine, mais également par l’embargo sur le pétrole russe voulue par l’Union européenne et le déconfinement progressif de la Chine, qui va relancer les demandes en hydrocarbures. Il faut également prendre en compte un facteur saisonnier : la demande plus importante du marché américain en raison des déplacements de la saison estivale («driving season») qui impacte le prix du sans-plomb, carburant le plus consommé outre-Atlantique. Résultat, le baril de brent affichait 121 dollars ce mercredi. 

Interrogé hier sur France Bleu, la Première ministre Élisabeth Borne a évoqué une aide supplémentaire à la rentrée pour les «gros rouleurs» : « J’ai demandé à Bruno Le Maire d’étudier un dispositif précisément pour ceux qui font beaucoup de kilomètres chaque jour, soit pour se rendre à leur travail, soit dans le cadre de leur travail ».