Se connecter S’abonner

Cet été, louer votre voiture vous permettra d’arrondir vos fins de mois

Si votre voiture est assurée, à un kilométrage inférieur à 200.000, et est disponible à la location au moins 48 jours, vous pourriez être éligible à l’autopartage.

voiture
Crédit: iStock.

Si vous avez une voiture, vous pourrez sans doute faire des économies. Et pour cela, il faudra passer par la plate-forme d’autopartage Getaround. Pour inciter les propriétaires à louer leur voiture à d’autres particuliers, l’entreprise américaine promet un revenu minimum de 700 à 1.400 euros à ceux qui mettent à disposition de la plate-forme leur véhicule en juillet et août, rapporte Le Parisien. On y retrouve 40 destinations françaises, principalement dans le Sud et la Corse où les voitures de location sont rares.

Le seuil de revenus « garantis » dépend de la zone touristique : 700 euros pour Vannes, 900 euros pour Nice ou encore 1.100 euros pour Ajaccio. Et ce chiffre peut augmenter et atteindre 300 euros de revenus supplémentaires si l’on utilise Getaround Connect, le système de boîtier connecté à 20 euros par mois. Ce dernier remplace la remise en main propre des clés du véhicule.

Les bénéfices pourraient même dépasser 1.400 euros selon Simon Baldeyrou, PDG de Getaround Europe : « On est certain que des gens vont louer des voitures de Getaround cet été car il y a déjà plus de 90 % de remplissage actuellement sur certaines destinations, comme la Corse. » Etant donné la flambée des prix en agences de location, les Français font de plus en plus appel aux plates-formes comme Getaround et OuiCar.

Inscription obligatoire avant le 26 juin

Pour bénéficier de ces avantages, une inscription sur le site web de Getaround est obligatoire avant le 26 juin. Votre voiture doit également être assurée, avoir un kilométrage inférieur à 200.000. De plus, le véhicule doit être disponible à la location au moins 48 jours.

Selon Simon Baldeyrou, le programme répond à la pénurie, mais pas seulement. « La mission est avant tout environnementale : c’est de remplacer la voiture individuelle dans les grandes villes, précise-t-il. À terme, on vise le passage de la propriété au simple usage, un désir qui est très fort parmi les jeunes générations. »

Frédéric Velez, président de l’Union nationale des acteurs de l’autopartage et de la mobilité (UNAAM) met en garde contre « un coup de com » et une logique à court terme. Pour lui, le programme ne permettra pas de développer l’autopartage dans des villes moyennes comme Pau ou Hendaye. « Ce n’est pas en subventionnant les propriétaires pendant deux mois qu’on les gardera encore dans cinq ou six mois, affirme-t-il. Quant à ceux qui vont investir 20.000 euros pour acheter un véhicule neuf et le louer, comment vont-ils payer leur crédit en saison basse ? »