Se connecter S’abonner

Les soldes bénéficient du contexte inflationniste inédit

Les soldes d’été arrivent à point nommé alors que les clients craignent déjà de voir les prix augmenter à cause d’une forte inflation.

soldes

La saison estivale des soldes est lancée. De quoi oublier l’inflation galopante. « Le contexte inflationniste va pousser les clients vers les soldes, afin de bénéficier des traditionnels rabais et aussi dans une logique d’achats anticipés par la crainte d’une hausse des prix », précise Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du commerce auprès des Echos. L’organisation regroupe 450 enseignes de prêt-à-porter, dont les grands magasins.

Dans le secteur de l’habillement, l’inflation n’est pas transparente. En mai sur un an, le panier moyen des achats de textile avait grimpé de 17,5 %, selon les chiffres de l’Alliance du commerce. « Cela comprend des achats de rattrapage après la période du Covid, mais c’est aussi la conséquence de la hausse du transport depuis l’Asie avec un conteneur à 10.000 dollars », analyse son directeur général. Malgré les bons chiffres du mois de mai, le marché se situait encore en baisse de 7 % par rapport à 2019.

De plus, l’entrée en vigueur de la nouvelle disposition du Code de la consommation, transcription d’une directive européenne, qui impose que les rabais soient effectués sur les prix établis un mois auparavant ne devrait pas avoir beaucoup d’effet. Par cette réglementation, on souhaite éviter les fausses promotions des commerçants qui affichent un – 30 % sur un prix qui trois jours avant avait été gonflé de 10 ou 20 %.

Une politique de baisse des prix permanente

Les rabais devraient, dès le départ, approcher les 30 ou 40 %. Les pratiques peuvent néanmoins évoluer selon les types de commerces. Les grandes entreprises comme Zara ou H&M doivent écouler de gros volumes de stocks. Les petits indépendants donnent priorité à leurs marges et soldent un peu moins. « 70 % des petites boutiques pratiqueront des démarques jusqu’à 30 % dans la grande majorité des cas, loin des 50 % que l’on voit sur certaines vitrines », précise le Syndicat des indépendants (SDI).

« Contrairement à la grande distribution dont les pratiques consistent à constituer des stocks en vue des soldes, les démarques pratiquées par les indépendants visent réellement le destockage de produits invendus », déclare le SDI. Les petits commerçants dénoncent une politique de baisse des prix permanente. Black Friday, French Days, soldes privés… la clientèle est sans cesse poussée à la consommation.

Au fil des ans, le poids des soldes dans les ventes a fortement diminué. Selon le SDI, lors des soldes d’hiver 2022, 79 % des commerçants ont vu leur chiffre d’affaires diminuer d’entre 20 et 40 % par rapport aux soldes d’hiver 2021.