Se connecter S’abonner

Malgré l’inflation, le secteur de la restauration repart à la hausse

Le secteur de la restauration a vu son activité progresser de 4 % en mai, par rapport à 2019, malgré une inflation galopante.

inflation
Crédit: iStock.

L’inflation est toujours là mais les restaurateurs retrouvent le sourire. Depuis le premier confinement en mars 2020, le secteur de la restauration n’avait jamais connu un tel niveau d’activité par rapport à son niveau d’avant la crise sanitaire. D’après la dernière Revue stratégique de Food Service Vision, il a progressé de 4 % en mai, par rapport à 2019.

Concernant la restauration commerciale, l’augmentation atteint même 7 %, indique Les Echos. « La demande est dynamique. La fréquentation de la restauration sur place a grimpé à 84 % des consommateurs en mai, à comparer avec 68 % seulement en février. La météo a favorisé le hors-domicile tout comme la reprise des foires et des salons et la hausse de la fréquentation touristique, notamment européenne. Mais c’est le repas plaisir, pris durant ses loisirs, qui marque une véritable reprise », analyse le président fondateur de Food Service Vision, François Blouin.

Pour les commerces alimentaires, hors grandes surfaces, les chiffres de l’activité sont positifs avec une croissance de 12 %. En revanche, les cantines de tout ordre restent en retrait. Au total, le secteur a limité ses pertes à 2,1 milliards d’euros depuis le début de l’année. En 2021, elles étaient estimées à 17,6 milliards.

Le retour des touristes

Également, près de six repas sur dix sont désormais achetés en grande distribution ou préparés à la maison, contre seulement cinq sur dix il y a trois mois. Au quotidien, les Français cherchent à dépenser moins. Une manière de conserver des économies pour les sorties.

« Porté par le retour des touristes, l’été s’annonce plutôt bien pour le secteur. Mais la rentrée sera placée sous le signe de l’incertitude, avec pour interrogation principale l’impact de l’inflation sur la chaîne de valeur et de la baisse du pouvoir d’achat sur les comportements des consommateurs », indique le président fondateur de Food Service Vision.

La hausse des prix à cause de l’inflation touche de plus en plus l’approvisionnement des professionnels. Les distributeurs spécialisés ont, ainsi, augmenté leurs prix de 13,9 % au deuxième trimestre. Des records ont été atteints avec la moutarde (+23,9 %) ou le boeuf (+28,2 %). La société d’études et de conseil a évalué à 20 % l’augmentation des matières premières pour un fast-food et à 9 % pour une pizzeria, sur la période entre octobre 2021 et février 2022.

Selon une enquête GNI-Food Service Vision, les restaurateurs indépendants ont appliqué en moyenne une augmentation de 4,2 % depuis février. « Les opérateurs réduisent leurs marges. Ils simplifient également leurs cartes pour avoir de meilleures conditions d’achat sur de plus gros volumes, voire utilisent des produits moins nobles », affirme François Blouin.