Se connecter S’abonner

Prix du gaz : le bouclier tarifaire prolongé jusqu’à la fin de l’année

Cette prolongation intervient dans un contexte d’inflation des prix du gaz, et de l’énergie de façon plus globale. Explications.

prix du gaz
Crédit : iStock.

Nouveau coup de pouce pour aider les ménages à surmonter l’inflation et la flambée des prix de l’énergie, et en particulier les prix du gaz. Jeudi 23 juin, Elisabeth Borne, la Première ministre a expliqué que le « bouclier tarifaire » décidé à l’automne dernier par le gouvernement serait prolongé jusqu’à la fin de l’année, rapporte France bleu. « Nous avons décidé de le prolonger jusqu’à la fin de l’année et nous publierons d’ici la fin de la semaine le décret qui permet justement de prolonger le bouclier tarifaire », a-t-elle dit lors d’une visite dans un centre de commande national de gaz en Ile-de-France.

Gel des prix du gaz

En mai, cette aide qui se traduit par un gel du tarif réglementé du gaz, et a priori de celui des offres du marché qui s’y réfèrent avait été étendu aux logements bénéficiant du chauffage collectif. Soit cinq millions de foyers de plus. Si vous faites, pour la saison 2021-2022, partie des personnes concernées, votre facture de gaz sera indexée sur le tarif règlementé d’octobre 2021.  Les fournisseurs d’énergie recevront l’aide sous forme d’un versement de l’Etat, et devront la répercuter sur les factures envoyées aux clients.

Par rapport à ses voisins européens, la France estime être en meilleure posture, en raison de ses stocks remplis à rebord. Mais également au regard de son nouveau terminal méthanier qui devrait, dès sa mise en route, agir pour contrebalancer l’absence partielle du gaz russe. « On assure le remplissage maximal de nos capacités de stockage. On vise d’être proche de 100% au début de l’automne », a ainsi déclaré la Première ministre. « Nous allons lancer un nouveau terminal méthanier pour accroître notre capacité à nous approvisionner en gaz qui n’est pas dépendant de la Russie », a par la suite détaillé Elisabeth Borne.