Se connecter S’abonner

Carburants : le marché automobile perturbé par la flambée des prix

Le prix des carburants comme le gazole et l’essence ont explosé. Cette situation a fait accélérer la demande de véhicules électrifiés qui a crû de 38%.

carburants
iStock

Ces dernières semaines, les prix des carburants, dont le gazole et de l’essence, ont atteint des records. Et le marché automobile se retrouve bousculé par cette situation inédite. « La flambée des prix des carburants contribue à pousser les immatriculations de véhicules neufs vers des motorisations plus économiques », indique aux Echos Marie-Laure Nivot, responsable intelligence marchés de AAA Data, entreprise experte de la donnée automobile.

Par conséquent, la demande de véhicules électrifiés s’est accélérée au détriment des véhicules thermiques. Ces derniers ont vu leurs ventes chuter considérablement en 2022. Selon la dernière étude de AAA Data, les ventes de véhicules électriques ont augmenté de 38 %. Les motorisations hybrides, elles, ont progressé de 4 % sur la même période, précise le journal.

Les véhicules hybrides à 100%, plus économiques sur route que leurs homologues rechargeables, semblent être privilégiés par les automobilistes grâce à leur autonomie. « Les ventes de motorisations full hybrides sont en hausse de 10 %, alors que celles des hybrides rechargeables reculent de 8 % », analyse Marie-Laure Nivot.

Depuis 2021, la distribution de GPL a augmenté de plus de 40 % en France

La hausse du prix des carburants profite également aux véhicules neufs au GPL. Selon AAA Data, les immatriculations ont crû de 7 % depuis le début de l’année. Le GPL reste plus économique que l’essence, même avec une surconsommation de 18 %. « On assiste à un rebond des ventes de véhicules avec 70.000 à 80.000 véhicules neufs qui devraient être immatriculés cette année, contre 50.000 l’an dernier », assure Joël Pedessac, directeur général de l’association France Gaz Liquides.

Depuis 2021, la distribution de GPL a augmenté de plus de 40 % en France dans les 1.500 stations qui en servent. Pour les propriétaires de véhicules à bicarburation, mieux vaut privilégier le GPL au prix exorbitant de l’essence. « A moins de 1 euro le litre, pour une autonomie de 500 kilomètres environ avec un plein, le GPL est une solution très économique qui ne dépend pas d’aide publique et dont l’approvisionnement vient d’Europe, garantissant un prix stable à la pompe », affirme Joël Pedessac.

Cette flambée des prix joue également en faveur du superéthanol E85. Il est deux fois moins cher que l’essence. Les automobilistes n’hésitent pas à équiper leurs véhicules de boitiers spécifiques pour les convertir au superéthanol E85. « La demande est très forte. On vend autant de boîtiers en un mois depuis le début de l’année que pendant toute l’année 2021 », ajoute Alexis Landrieu, fondateur et directeur général de Biomotors, fabricant et distributeur de boîtiers de conversion.

Rouler au superéthanol E85 est économique

L’entreprise Biomotors enregistre, depuis le début de l’année, des records de ventes de boîtiers, dont une hausse de 186 % en mars. La logique reste la même : rouler au superéthanol E85 est économique. Pourtant, le véhicule consomme environ 20 % de plus que de l’essence SP95-E10. « A raison de 0,91 euro le litre, en incluant la surconsommation, on gagne près de 60 euros sur un plein de 50 litres », déclare Alexis Landrieu auprès des Echos.

Le superéthanol est disponible sur plus de 2.850 stations, soit une station sur 3. La distribution explose. « La consommation a augmenté de 35 % entre février et mars », assure-t-il. Sa part de marché a bondi sur le marché de l’essence en passant de 4 % en 2021 à 6,2 % aujourd’hui.

Pour Régis Masera, directeur de l’Arval Mobility Observatory, l’observatoire des véhicules d’entreprise : « La flambée des prix des carburants crée une position d’attentisme des gestionnaires de parc pour lesquels la consommation de carburant est un poste de coût important. Et de poursuivre : La plupart d’entre eux temporisent et retardent le renouvellement de leurs véhicules par manque de visibilité, en attendant de voir comment les prix vont évoluer ».