Se connecter S’abonner

Le gouvernement maintient l’objectif d’un déficit sous les 3% malgré la crise

Malgré des prévisions de croissance en net recul, Gabriel Attal a assuré que l’objectif d’un déficit public sous les 3% en 2027 était maintenu et atteignable.

Déficit

La guerre en Ukraine, la crise énergétique et l’inflation ont remis en cause la plupart des prévisions économiques pour les prochaines années. En particulier, celle de la croissance. Ce qui ne bouscule pas pour autant les prévisions du gouvernement en matière d’équilibre budgétaire. Avant la survenue de ces crises, l’exécutif avait prédit un retour sous la barre des 3% de déficit public, établie par Bruxelles, d’ici 2027. Fraîchement nommé ministre des Comptes publics, Gabriel Attal a annoncé, mardi 5 juillet sur RTL, que cet objectif était maintenu.  

Réduire le déficit par des dépenses maîtrisées  

Pourtant, la situation a bien changé. Le programme de stabilité (PSTAB) 2021-2027 présenté au printemps 2021 misait notamment sur une croissance de 4% et une hausse de la consommation des ménages. La Banque de France prévoit désormais une croissance de 2,3% en 2022, 1,2% en 2023 et 1,7% en 2024. Et la tendance des ménages à l’épargne a nettement augmenté ces derniers mois.  

« Nous avons une croissance robuste », a répondu Gabriel Attal. Il a également mis en avant les résultats du gouvernement sur le chômage, « au plus bas depuis quinze ans ». « Plus vous avez de Français qui travaillent, plus vous avez de cotisations versées par les entreprises », a-t-il rappelé. Selon lui, cela a rapporté 30 milliards d’euros de recettes supplémentaires par rapport aux prévisions en 2021, et les prévisions pour 2022 sont de 25 milliards d’euros de plus.  

En matière de recette, « on ne veut pas augmenter les impôts des Français », a rappelé le Gabriel Attal. L’objectif des 3% devra donc être atteint avant tout par des économies, en « dépensant bien, au bon endroit ».  « Le déficit a baissé l’année dernière, il va encore baisser cette année. On a une trajectoire qui va nous permettre d’atteindre les 3% de déficit en 2027 », a assuré le ministre des Comptes publics.