Se connecter S’abonner

Titres-restaurant : un plafond de paiement bientôt relevé ?

Plusieurs groupes de parlementaires ont déposé des amendements au sujet des titres-restaurant. Mais Bercy entendrait procéder autrement.

titres-restaurant
iStock

Plus que jamais, le pouvoir d’achat est au centre des débats qui agitent l’hémicycle depuis déjà quelques jours. Afin de combattre l’inflation, la solution pourrait se trouver dans les titres-restaurant, rapporte Le Parisien. D’ailleurs, nombreux sont les groupes de députés à avoir déposé des amendements au sujet de ces tickets qui concernent aujourd’hui près de 5 millions de travailleurs. Alors que la valeur faciale du ticket est actuellement plafonnée à 11,38 €, les parlementaires encouragent un rehaussement à 15 € maximum dès le 1er septembre prochain. Ainsi, l’employeur pourrait défiscaliser une part de 7,5 € contre 5,69 € actuellement.

« Par cette hausse de la défiscalisation, il s’agit d’encourager les partenaires sociaux à se mettre d’accord sur une augmentation de la valeur du titre-restaurant », argumente par exemple l’amendement LR. Mais tous les députés du groupe de droite ne sont pas en osmose sur le sujet. Un autre amendement déposé par ce camp préconise, au-delà de la hausse à 15 euros, d’augmenter la part que l’employeur prend en charge à 70%. Actuellement, celle-ci est de 60%.

Augmentation du plafond journalier des titres-restaurant

« On sent que c’est un sujet qui suscite l’intérêt de l’opposition, analyse le député Renaissance (ex-LREM) Jean-René Cazeneuve. Nous allons peut-être faire un geste. » Mais les débats promettent d’être houleux, sans accord préalable possible. « Quand vous lisez tous les amendements qui ont été déposés, ils sont identiques, à la virgule près, s’agace un observateur de la majorité. Il y a un énorme lobbying des entreprises de tickets-restaurants sur ce sujet… On ne va pas se faire tordre le bras. »

Du côté du ministère de l’Economie, on n’encourage pas le rehaussement de la valeur maximale du titre restaurant., mais plutôt l’augmentation du plafond journalier, qui est actuellement de 19 €. « Bruno Le Maire est prêt à l’augmenter jusqu’à 25 € », rapporte, auprès de nos confrères, un proche du locataire de Bercy. Il faudra pourtant choisir entre cette option et celle que proposent les députés de l’opposition. « On ne pourra pas faire les deux, décrypte un membre de la majorité. Ce sera l’un ou l’autre », ajoute-t-il.