Se connecter S’abonner

Rénovation énergétique : cette mesure choc pour rénover plus de copropriétés

Selon plusieurs experts immobiliers, de plus en plus de propriétaires-bailleurs choisissent la vente de leur passoire thermique au détriment d’une rénovation énergétique.

rénovation énergétique
Crédit: iStock.

La rénovation énergétique dans les copropriétés n’est pas de tout repos. Les travaux coûtent cher et les propriétaires ne s’accordent pas toujours sur les décisions à prendre. Et souvent, les chantiers tournent au ralenti. De plus, la prime gouvernementale MaPrimeRénov’copropriétés s’arrête le 31 décembre 2022. Des centaines de milliers de dossiers ont pu être validés mais les Français, par manque de moyens, ne rénovent pas intégralement leur logement. Parfois, c’est seulement les fenêtres qui sont changées ou alors le système de chauffage.

MaPrimeRénov’, la prime versée par l’État, tourne autour des 3.000 € en moyenne. C’est bien trop peu lorsque l’on sait qu’une rénovation globale coûte aux alentours de 40.000 €. Difficile d’espérer récupérer un logement moins énergivore. Une mauvaise nouvelle alors que l’interdiction de location des passoires thermiques approche avec une première échéance le 1er janvier 2023.

Selon plusieurs experts immobiliers, de plus en plus de propriétaires-bailleurs choisissent de vendre leur passoire thermique plutôt que de la rénover. Les propriétaires occupants, eux, n’envisagent que des travaux minimes. Pour y remédier, un syndicat de propriétaires propose une mesure choc au gouvernement : déduire le montant des travaux de rénovation énergétique sur les revenus des propriétaires, occupants comme bailleurs, rapporte Le Figaro Immobilier. « La rénovation globale des copropriétés passe par une révolution fiscale. Il faut un signal fort. Ma Prime Rénov’, c’est du saupoudrage », déclare Christophe Demerson, président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi).

Une déduction de 30% pour les chantiers de rénovation énergétique

L’Unpi propose donc une déduction de 30% pour les chantiers comme des travaux de rénovation énergétique dans la limite d’un montant plafonné « qui sera fixé par le législateur ». Que dit le gouvernement à ce sujet ? « Le gouvernement n’envisage pas de revenir à un dispositif fiscal de ce type, souligne au Figaro l’entourage d’Olivier Klein, ministre délégué de la Ville et du Logement. Ce serait revenir sur l’extinction du crédit d’impôt transition énergétique et sa transformation en prime qui a permis la création d’une aide plus lisible, plus juste et plus efficace. » Et de poursuivre : « En ce qui concerne les bailleurs, en plus des aides existantes, les travaux de rénovation énergétique sont déductibles des revenus fonciers et peuvent permettre de bénéficier du mécanisme de déficit foncier ».

« Nous souhaitons amplifier les dispositifs qui existent et qui marchent », comme Ma Prime Rénov’, qui doit être étendue à 700.000 logements par an, ajoute Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique. Elle vient d’annoncer le lancement « dans les prochains jours » d’un appel à projets de 150 millions d’euros pour financer « des outils innovants de lutte contre la précarité énergétique ».