Se connecter S’abonner

Emploi : les ruptures conventionnelles ont bondi en 2021

Selon les statistiques de la Dares, 454.000 séparations amiables ont été réalisées en 2021. Une augmentation de 6,1% en un an.

ruptures conventionnelles
Crédit : iStock.

Après une année 2020 en dents de scie, les ruptures conventionnelles ont augmenté en 2021. Selon les chiffres publiés, mardi 2 août, par la direction des statistiques du ministère du Travail (Dares), 454.000 séparations amiables ont été réalisées, rapporte Le Figaro. Entre le licenciement et la démission, cette troisième voie de rupture du contrat de travail est une option intéressante. En l’espace d’un an, le nombre de ruptures conventionnelles a crû de 6,1 %.

En 2020, après presque dix années de hausse continue, ce mécanisme de rupture négociée du CDI sans condition d’ancienneté avait connu une baisse de 3,6 %. Un effet de rattrapage a donc eu lieu en 2021. De nombreux actifs qui souhaitaient rompre leur contrat en accord avec leur employeur ont possiblement retardé l’échéance.

Un taux de croissance de 16 % dans la construction

La plupart des secteurs d’activité sont concernés par cette hausse. On compte notamment un taux de croissance de 16 % dans la construction. Dans les transports et les entreposages, il est de 13,8 %. Pour ce qui est des activités immobilières, il atteint 13,6 %.

Ces séparations amiables ont également évolué dans toutes les tranches d’âge des salariés. On observe une hausse de 6,4 % chez les moins de 30 ans, de 8,1 % chez les 30-39 ans et de 5,2 % chez les 40-49 ans. « La répartition par âge détaillé du nombre de signataires reste semblable à l’année précédente. Il augmente jusqu’à l’âge de 30 ans, puis diminue jusqu’à un ressaut à 59 ans », précise la Dares. Selon les catégories socioprofessionnelles, la dynamique reste homogène.

En revanche, si le nombre de séparations homologuées progresse toujours, le rythme est moins prononcé qu’avant. En 2009, on comptait 172.000 ruptures, 317.000 en 2013 et 444.000 en 2019. Pour autant, les chiffres de janvier à mars 2022 sont en hausse de 3,3 %, d’un trimestre sur l’autre.