Se connecter S’abonner

Pénuries : après la moutarde et l’huile, les pommes de terre et le lait ?

La guerre en Ukraine est à l’origine de nombreuses pénuries alimentaires. La configuration climatique avec la sécheresse actuelle fragilise aussi les récoltes.

pénuries
Crédit : iStock.

Ces dernières semaines, les supermarchés français ont connu de nombreuses pénuries de produits. La faute à la guerre en Ukraine d’abord, mais également à la sécheresse. Ainsi, si vous avez cherché à acheter de la moutarde et de l’huile sur cette période, il aura probablement fallu s’y reprendre à plusieurs fois. Et d’autres produits pourraient s’ajouter à la liste des pénuries, explique Le Progrès.

Le lait d’abord. Car, pour en faire, « il faut des fourrages, essentiellement de la luzerne et du maïs qui ont peu poussé cette année », rapportait Yannick Fialip, le président de la commission économique de la FNSEA au micro de franceinfo, vendredi 5 août. Selon lui, le lait pourrait ainsi venir à manquer dans les prochains mois.

C’est également le cas de la pomme de terre, très sensible au stress hydrique. Plus le sol est sec, plus la plante arrêtera de pousser vite. À ce rythme, les pommes de terre risquent d’être beaucoup plus petites. « Des chocs de température aussi importants, et de manière répétée, soulèvent une inquiétude légitime quant au volume de production, en qualité comme en quantité », précise le président de l’Union nationale des producteurs de pommes de terre, Geoffroy d’Evry, sur Ouest-France.

Pois chiche, volaille… des pénuries à venir ?

Cependant, une pénurie est loin d’être envisagée. En effet, les pommes de terre sont majoritairement produites en Bretagne et dans le nord de la France, des zones peu enclins à la sécheresse. « Nous sommes certes dans une configuration climatique qui n’est pas optimale, mais il ne faut pas s’alarmer outre mesure », souligne Christian Huyghe, directeur scientifique agriculture de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement.

Une inquiétude règne aussi depuis l’épizootie de grippe aviaire de cet hiver. Près de 20 millions de volailles ont été abattues en France à cause de la maladie. Une pénurie de canetons mulards est à déplorer, de quoi perturber nos fêtes de fin d’année et la présence de foie gras dans nos repas de fêtes. Le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras envisage un retour à la normale pour le deuxième trimestre de 2023.

Une pénurie de pois chiche est également à venir. Elle serait directement imputable à la guerre en Ukraine, puisque la Russie et l’Ukraine sont les principaux producteurs de cette légumineuse. La production de pois chiche pourrait diminuer de 20% cette année.