Se connecter S’abonner

Inflation : s’adapter au barème de l’impôt sur le revenu

Selon la Banque de France, l’inflation atteindra à 5,6 % en moyenne sur l’ensemble de l’année 2022. Le gouvernement est un peu moins pessimiste, et l’estime à 5,1%.

inflation
Crédit: iStock.

Alors que l’inflation continue de galoper en Europe, les pays membres réfléchissent déjà à des solutions pour éviter de (trop) gonfler la facture fiscale des ménages. En France, l’idée fait son bout de chemin malgré un calendrier déjà bien tendu. « Nous allons indexer le barème de l’impôt sur le revenu sur l’inflation pour éviter ces effets de seuil, où des gens […] basculent dans l’impôt sur le revenu ou dans une tranche supplémentaire » en raison d’une hausse de salaire, avait promis Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie.

Bercy était embêté car l’inflation le mettait face à des choix : ou revaloriser du niveau moyen de l’inflation sur l’année les seuils d’entrée dans chaque tranche d’imposition pour éviter que des Français ne soient pénalisés, ou augmenter les seuils moins vite que l’indice des prix pour éviter un coût trop brutal pour les finances publiques. C’est finalement la première option qui a été choisie, explique Les Echos.

Une inflation au-delà des 5% en 2022

Selon la Banque de France, l’inflation atteindra à 5,6 % en moyenne sur l’ensemble de l’année 2022. Le gouvernement est un peu moins pessimiste, et l’estime à 5,1%. L’indexation du barème progressif de l’impôt sur le revenu devrait se rapprocher de ce taux. Pour chaque tranche d’imposition, le seuil d’entrée sera revalorisé de 5%. Pourtant, la loi de Finances pour 2022 concernant les revenus perçus l’année précédente ne prévoyait « que » 1,4 % de revalorisation.

Suivant cet exemple, le seuil d’entrée dans l’impôt pourrait passer de 10.225 euros à 10.736 euros environ. Plus précisément, si un ménage déclare 10.340 euros de revenus net, il sortirait de l’impôt en 2023 alors qu’il y était soumis en 2022. En se trouvant au seuil d’entrée de l’impôt sur le revenu, ces contribuables sont ceux qui auront potentiellement la chance de bénéficier du barème réajusté.

De cette manière, la facture fiscale pourrait s’amenuiser pour de nombreux ménages. Car au regard des chiffres du premier trimestre, l’inflation a progressé plus vite que les revenus des Français. De fait, cette mesure pourrait constituer un allègement de la facture fiscale pour bien des ménages. D’après les chiffres du premier trimestre, les revenus des Français ont, en moyenne, progressé moins vite que l’inflation. Les ménages qui se trouvent dans ce cas bénéficieront d’une réduction d’impôt l’an prochain.