Se connecter S’abonner

Rentrée scolaire : comment alléger son budget face à l’inflation ?

À quelques jours de la rentrée scolaire, les ménages redoublent d’inventivité face à l’inflation qui touche également l’éducation.

papeterie
Crédit: iStock.

La rentrée scolaire coûtera en moyenne 4,25% de plus pour un élève de 6e. Et les autres niveaux scolaires ne sont pas épargnés par l’inflation. Ainsi, nombreux sont les ménages qui usent de stratagèmes pour réduire leurs dépenses. D’ailleurs, selon l’étude annuelle de la Confédération syndicale des familles (CSF), les dépenses seront réduites de 2,4% par rapport à l’année dernière. « L’éducation n’est pas sacrifiée, mais les dépenses sont revues à la baisse », précise auprès du Parisien Annie Giroud, responsable politique du secteur éducation à la CSF.

Ventes spéciales de rentrée scolaire

Du côté du ministère de l’Éducation nationale, plusieurs textes portant sur la rentrée scolaire sont intervenus en ce sens. On conseille aux établissements scolaires de « produire des listes de produits raisonnables ». On souhaite également « se donner les moyens de mieux accompagner ceux qui sont les moins favorisés ». De plus, le ministère pointe aussi le fait que « les enseignants ne peuvent en aucun cas exiger l’achat d’un matériel d’une marque donnée » et appelle à mobiliser « les fonds sociaux dans les collèges et lycées » aux bénéfices des jeunes les plus en difficulté.

Mais les familles pourront compter sur leur débrouillardise. Grâce à la réutilisation, entre autres. « Quand le cahier est un peu utilisé, elles incitent l’enfant à le garder et le terminer par exemple », raconte Johan Jousseaume, secrétaire confédéral en charge de l’éducation à la CSF. D’autres foyers, eux, choisissent d’acheter en promotion ou dans des magasins discount, parfois au détriment de la qualité. Enfin, depuis mi-août, des ventes spéciales de rentrée scolaire sont organisées partout en France, chez Emmaüs. « Certaines personnes n’y pensent pas, mais nous ne proposons pas que du mobilier ou de la vaisselle pas chers », observe Valérie Fayard, directrice générale déléguée d’Emmaüs France.