Se connecter S’abonner

Emploi : les intentions d’embauche augmentent au 4e trimestre

La prévision nette d’emploi dans l’Hexagone s’affiche à + 34 % pour la période octobre/décembre 2022.

emploi
Crédit : iStock.

Le dernier baromètre mondial de Manpower, dévoilé par Le Parisien, révèle que la France est, avec la Suède, le pays où les entreprises envisagent d’embaucher le plus au 4e trimestre. La prévision nette d’emploi dans l’Hexagone s’affiche à +34 % pour la période octobre/décembre 2022. Un chiffre en hausse de cinq points par rapport au trimestre précédent, mais en recul d’un point par rapport à la même période en 2021.

Le secteur manufacturier connaît une baisse de 20 points en un an. En revanche, les intentions d’embauche progressent dans sept des onze secteurs étudiés. Le secteur de l’hôtellerie-restauration, enregistre la plus forte hausse avec 20 points de plus qu’au quatrième trimestre 2021. Les secteurs du numérique, de la communication et des médias affichent également des records.

De fortes intentions d’embauche dans le Centre-Est

Territorialement, c’est dans le Centre-Est que les intentions d’embauche sont les plus positives, avec une prévision nette d’emploi de +40 %. La région parisienne affiche +34 % (en hausse de huit points par rapport au trimestre précédent), mais perd trois points par rapport au 4e trimestre 2021. Le Nord n’obtient que +25 % des intentions d’embauche, en croissance de trois points en un trimestre.

En ce qui concerne les entreprises, ce sont celles de 10 à 49 salariés et les plus de 250 salariés qui présentent des besoins en plus forte progression : respectivement +38 % et +32 % . Dans les entreprises de moins de 10 salariés, malgré une hausse de +18 % en un an, les intentions d’embauche enregistrent un reflux de seize points en un trimestre.

« Le 4e trimestre pouvait réserver des surprises, mais on ne voit pas de recul des demandes. La crise du recrutement n’est pas encore là », déclare Alain Roumilhac, le président de ManpowerGroup France. « L’économie française montre sa capacité à résister. Les chefs d’entreprise répondent que leur activité se porte raisonnablement bien et expriment surtout leurs difficultés à recruter. C’est le cas dans quasi tous les secteurs », ajoute-t-il.

La Suède et la France tiennent les 12e et 13e place d’un baromètre dominé mondialement par le Brésil, l’Inde et le Costa Rica. Dans les dernières places, on retrouve, l’Espagne, la Pologne, et la Grèce.