Se connecter S’abonner

Crise des carburants : la ristourne de l’Etat ne sera pas prolongée

Face à la crise des carburants, la ristourne du gouvernement sera bientôt un lointain souvenir, à moins que l’aide ne soit réévaluée au cas par cas en 2023.

carburant
iStock

Mauvaise nouvelle pour les Français qui roulent régulièrement. Jeudi 13 octobre, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a indiqué au micro de RTL que la réduction à la pompe en vigueur depuis l’été n’aura pas de sursis en 2023. « Non, le gouvernement ne prolongera pas la ristourne », a-t-il déclaré. Pour les automobilistes qui ont besoin de leur voiture pour travailler, la chute risque d’être brutale, à l’heure de la crise des carburants.

La crise des carburants pourrait rebattre les cartes

Mais rien n’est figé dans le marbre. « Si jamais les prix augmentent (…) je n’exclus pas un soutien pour les automobilistes, tous ceux qui n’ont pas d’autre choix que de prendre leur voiture pour aller travailler. Ce sera un soutien ciblé », a néanmoins tempéré le numéro deux du gouvernement. 

Pour rappel, durant la période estivale, le gouvernement avait élaboré une prise en charge de la hausse des prix des carburants sous forme de réduction directe sur le prix. D’abord de 30 centimes par litre, ce rabais passera à 10 centimes le 1er novembre avant de disparaître le 31 décembre.

Durant cette même interview, Bruno Le Maire s’est insurgé contre Total : « Total a la capacité de faire des augmentations de salaire, Total doit augmenter ses salaires », a-t-il asséné. Au sujet des réquisitions dans les raffineries, le ministre de l’Economie réaffirme sa volonté d’agir « avant les vacances de la Toussaint ». « La responsabilité du gouvernement, c’est d’assurer la continuité de la vie économique de la nation… Je reçois ce matin toutes les fédérations professionnelles », a-t-il promis.