Se connecter S’abonner

Prix des carburants : une possible aide ciblée, mais quelles modalités ?

La ristourne sur le prix des carburants prendra fin le 31 décembre 2022.

carburants
Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont reculé la semaine dernière.

À l’approche de la fin de l’année, les automobilistes s’inquiètent de la montée des prix des carburants. En effet, la ristourne à la pompe, qui avait été augmentée à 30 centimes en septembre et en octobre, pour passer à 10 centimes le 1er nombre va disparaître le 30 décembre 2022. Au micro de RTL, jeudi 13 octobre, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie a de nouveau soulevé cette question, évoquant la possibilité d’une aide ciblée envers les « gros rouleurs ». « Si jamais les prix augmentent (…) je n’exclus pas un soutien pour les automobilistes, tous ceux qui n’ont pas d’autre choix que de prendre leur voiture pour aller travailler« , a-t-il déclaré.

Le budget 2023 intègre la hausse des prix des carburants

Un peu plus tard dans la journée, il ajoute : « Ce dispositif de secours existe et est financé. Nous avons prévu une enveloppe de 1,7 milliard d’euros dans le projet de budget 2023« . D’après BFMTV, qui a pu joindre Bercy, cette aide ciblée »sera destinée aux salariés, aux apprentis, aux agents publics et aux indépendants obligés de prendre leur véhicule pour aller travailler. Selon les revenus et la composition du ménage bénéficiaire, le montant de l’indemnité variera. Il existera également un « bonus » destiné aux personnes éloignées de plus de 30 kilomètres de leur lieu de travail. Même chose pour les travailleurs qui parcourent plus de 12.000 kilomètres par an pour exercer leur profession.

Le dispositif avait déjà été mis sur la table, à plusieurs reprises. Mais la forme de l’aide et sa mise en œuvre n’ont pas été des plus aisées. Et il faudra encore préciser les conditions d’attribution. La possibilité d’une déclaration avec un contrôle a posteriori pourrait être retenue même s’il y a des risques d’imbroglio (trop-perçus, appartenance du véhicule, distance domicile-travail suffisante, offre de transport alternative…). Bercy doit ainsi travailler sur les modalités de la vérification des critères d’éligibilité afin de pouvoir lancer ce nouveau dispositif au plus vite… et sans trop de couacs.