Se connecter S’abonner

Avenir de l’énergie : une concertation « grand public » jusqu’au 31 décembre

Une concertation sur l’avenir de l’énergie promise par Emmanuel Macron quand il avait annoncé, à Belfort en février, la construction de six réacteurs nucléaires.

Energie

Une concertation organisée par le gouvernement a été lancée jeudi 20 octobre pour permettre au grand public de s’exprimer sur l’avenir du bouquet énergétique français. Le nucléaire sera au coeur des débats. Cette concertation, qui doit durer jusqu’au 31 décembre, avait été promise par Emmanuel Macron, à Belfort en février. Le président avait annoncé la construction de six réacteurs nucléaires de nouvelle génération EPR avec une option pour huit supplémentaires.

Elle se déroulera via une plateforme participative en ligne et au travers de plusieurs réunions dans le pays. Un « forum des jeunesses » réunira également 200 jeunes mi-janvier. Elle intervient alors que le Parlement doit voter au plus tard en 2024 la future feuille de route énergétique de la France.

Cette concertation bénéficiera du suivi de quatre garants de la Commission nationale du débat public (CNDP). Une autorité administrative indépendante qui a conseillé le gouvernement sur ses modalités d’organisation. Leur mission : garantir la transparence et la neutralité.

Objectif : la neutralité carbone en 2050

Le public répondra à trois questions, avec comme objectif la neutralité carbone en 2050 : comment adapter notre consommation ? Comment satisfaire nos besoins énergétiques tout en sortant de notre dépendance aux énergies fossiles ? Comment planifier et financer notre transition énergétique ? « L’atteinte de ces objectifs implique de véritables choix de société sur notre façon de consommer et de produire, de se déplacer, de se loger », souligne le gouvernement dans son communiqué jeudi.

La stratégie gouvernementale, elle, vise à diminuer les consommations (sobriété et efficacité énergétique), et à décarboner la façon dont génère l’électricité, avec les renouvelables et le nucléaire. Les conclusions de cette concertation pourront-elles éventuellement changer ces orientations ? « Le président Emmanuel Macron a brossé des grands axes. Cependant, il y a la question du comment. C’est ça qui est au coeur de cette concertation et il faut définir plus précisément la manière dont on va détailler cette politique », souligne le ministère de la Transition énergétique.

Dans le même temps, un autre débat doit commencer le 27 octobre, sur la construction des futurs EPR. Ce débat public, une obligation légale pour EDF, se déroulera donc parallèlement à la concertation gouvernementale, jusqu’au 27 février, en Normandie – les deux premiers EPR étant prévus à Penly (Seine-Maritime) – mais aussi dans le reste de la France.