Se connecter S’abonner

Les Français restent méfiants vis-à-vis du crédit à la consommation

Alors que l’horizon du crédit à la consommation s’assombrit pour 2023, regagner la confiance des consommateurs devient crucial.

crédit
Crédits: iStock.

Les Français ont une image plus mitigée du crédit à la consommation. Selon une enquête de Xerfi, 38 % d’entre eux estiment qu’il s’agit d’une solution de dernier recours et 37 % d’un piège à éviter en toute circonstance. Pour regagner la confiance des consommateurs, une meilleure information sur les dangers du crédit figure parmi les pistes de réflexion. Un axe jugé même prioritaire par 42 % des répondants. Les acteurs sont également attendus au tournant sur la transparence concernant les caractéristiques du prêt.

La place du digital dans les parcours du crédit

La simplification de l’accès au crédit est pourtant un chantier déjà bien entamé, et le digital est bien sûr passé par là. Ainsi, 57 % des souscriptions à un prêt personnel passent par la signature électronique. De la même façon, l’open banking avance à grands pas dans la mesure où il accélère l’acceptation des dossiers et le déblocage des fonds. A l’instar de certaines fintech, les acteurs traditionnels misent aussi sur l’instantanéité et les parcours sans couture. 

A cet effet, la transformation numérique permet d’améliorer l’expérience client, mais aussi d’exploiter le potentiel des technologies de smart data. Un tournant pris dès 2016 par Crédit Agricole Consumer Finance. C’est ainsi que la souscription en ligne est déjà bien avancée dans les filiales bancaires spécialisées et celles de la grande distribution.

Montée en puissance des facilités de paiement

L’enquête révèle également une montée en puissance des facilités de paiement (mini-crédit, paiement différé et paiement fractionné). Comme elles ne sont pas soumises aux règles du crédit à la consommation, elles surmontent les obstacles du circuit traditionnel et s’imposent peu à peu, au point de convaincre plus de la moitié des Français. Comme il se fond dans le parcours d’achat, le BNPL (ou paiement fractionné) surfe sur la frustration des parcours de souscription classiques. Faire face à une dépense imprévue et mieux gérer ou équilibrer son budget sont les deux principaux motifs de souscription au « buy now, pay later ».  

Parmi les profils d’acteurs privilégiés pour souscrire un crédit à la consommation, les banques classiques font la course en tête. Et de loin. La puissance de leurs réseaux, leur capacité à répondre aux besoins essentiels des clients et un portefeuille de solutions élargi aux offres locatives (LOA, LLD) pour financer l’achat de véhicules en font de fait des partenaires de choix. Elles peuvent dès lors se prévaloir d’un capital confiance important. Seule une minorité de Français (15 %) se tournent vers les spécialistes du crédit à la consommation.