Se connecter S’abonner

Coupe du Monde 2022 : Les paris sportifs en ligne de mire de l’autorité nationale des jeux

Face aux nombreux paris sportifs qui devraient se tenir à l’occasion de la très contestée Coupe du monde au Qatar, l’ANJ préconise notamment de faire attention au jeune public.

paris sportifs
Crédit: iStock.

Aberrations écologiques, mort de milliers d’ouvriers, invisibilisation forcée des personnes LGBT, et maintenant un risque autour des paris sportifs. La Coupe du Monde, qui s’est ouverte dimanche 20 novembre au Qatar, continue de livrer son lot de problématiques. Mardi 22 novembre, au micro de BFM Business, Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de l’Autorité nationale des jeux (ANJ), s’est inquiétée des risques liés aux paris sportifs en marge de la compétition. L’ANJ estime que les joueurs français devraient miser entre 500 à 600 millions d’euros durant le Mondial.

Les jeunes particulièrement fragiles face aux paris sportifs

Et ce ne sera pas sans risque, en particulier pour le jeune public. Ainsi, 72 % des personnes qui parient en ligne ont moins de 35 ans, selon les données de Santé publique France. 40 % ont entre 18 et 25 ans. Mais « le climat économique actuel fait qu’il y a beaucoup de jeunes qui sont dans une situation de précarité importante », précise Isabelle Falque-Pierrotin. En tendant la carotte d’un gros gain d’argent ‘facile’ via les paris sportifs, les joueurs plongent rapidement dans des engrenages d’endettement et d’addiction.

Et celle qui dirige l’autorité de régulation craint que la situation de l’Euro 2021, durant laquelle un « déferlement médiatique et publicitaire » s’étaient déployés sur les divers réseaux de communication qui s’était déployé pendant l’Euro 2021, « à destination principalement des jeunes et notamment des jeunes des quartiers populaires », ne se reproduise. « Il faut encadrer cette pression publicitaire et éviter que celui qui parie, et qui parie pour la première fois -car il va y avoir beaucoup de nouveaux parieurs-, ne tombe dans le jeu excessif », préconise-t-elle. Et de synthétiser : « On veut que la publicité qui accompagne ces paris soit responsable ».

La responsabilité des annonceurs du secteur sera d’ailleurs sollicitée par l’ANJ. « On a signé la semaine dernière un certain nombre de chartes avec tout l’écosystème de la publicité des jeux en ligne pour modérer l’action publicitaire des opérateurs de jeux d’argent », a détaillé Isabelle Falque-Pierrotin. Dans leurs publicités, les opérateurs de jeux en ligne devront afficher uniquement des acteurs de moins de 25 ans, sauf s’il s’agit de sportifs. Les spots diffusés chaque jour devront être limités, selon une demande du régulateur, et aucun site ne devra travailler avec des influenceurs mineurs ou des influenceurs possédant une part trop importante d’audience mineure.