Se connecter S’abonner

Black Friday : une fausse-bonne idée ?

Si beaucoup de Français comptent sur le Black Friday pour faire de bonnes affaires et réaliser leurs achats de Noël, il faudra qu’ils restent vigilants.

Black Friday
Crédit: iStock.

C’est le Black Friday. Organisé en France depuis 2013, ce concept importé des Etats-Unis consiste à casser les prix des produits durant une journée, même si dans les faits il s’agit plutôt d’une semaine. Si beaucoup de Français comptent sur le Black Friday pour faire de bonnes affaires et réaliser leurs achats de Noël, il faudra qu’ils restent vigilants dans les rayons et en ligne. En effet, au-delà de l’aspect écologique catastrophique de l’événement, plusieurs éléments, listés par Ouest France, encouragent les acheteurs à la prudence.

D’abord car les baisses de prix affichées ne sont pas forcément le reflet de la réalité. D’ailleurs, l’UFC-Que Choisir alerte depuis plusieurs années au sujet de « nombreuses arnaques et fausses promos du Black Friday ». Elle fustige notamment le manque de transparence de certaines enseignes, évoquant un « tour de passe-passe invisible pour les consommateurs, qui permet de leur vendre les mêmes produits, aux mêmes prix, tout en leur faisant croire à une bonne affaire », dans un communiqué publié en 2020. Deux ans plus tôt, elle avait constaté à l’issue d’une surveillance accrue de dizaines de milliers de produits que, tous rabais confondus, la réduction moyenne était de 7,5 %, bien loin des 50 % ou 60 % de remise affichés. Des sanctions peuvent s’appliquer, selon le cadre légal.

Le Black Friday favorise la surconsommation

Ensuite car il existe de nombreuses arnaques, sur lesquelles la même association a aussi mis en garde les consommateurs. Dans les cas extrêmes, le dépouillement peut aller jusqu’à l’usurpation d’identité ou l’utilisation des données bancaires pour effectuer des achats à l’insu de la personne arnaquée.

Aussi, le Black Friday favorise la surconsommation, selon certains sociologues spécialistes du sujet.  « On retrouve même aujourd’hui des gens qui achètent lors du Black Friday avec l’idée insidieuse que ce n’est pas pour eux, mais peut-être pour un cadeau de Noël, ou même peut-être pour le revendre plus tard… On met alors la consommation au service de la consommation », dénonce l’un d’entre eux.

Enfin, l’impact environnemental de cet évènement est considérable. Selon l’ex-directrice de Zéro Waste France, Flore Berlingen, il s’agit d’un « système artificiel construit pour nous pousser à la consommation ». Pour elle, il est « important de le mettre en perspective avec la réalité environnementale et les conditions de travail de ceux qui fabriquent ces objets ». Mais certaines marques résistent et ont même organisé, à la même période, le Green Friday, une initiative pour éviter la surconsommation qui reverse les ventes de ce 25 novembre à plusieurs associations.