Se connecter S’abonner

Dans plusieurs régions, les transports vont augmenter…

Outre l’augmentation probable du pass Navigo en Ile-de-France, d’autres régions s’apprêtent à rehausser les tarifs de leurs transports collectifs.

transports
La gratuité des transports en Ile-de-France aurait un impact sur le budget de la région difficile à résoudre.

Alors que le prix du pass Navigo pourrait augmenter fortement dès 2023, d’autres régions vont répercuter la flambée de leurs coûts sur le prix des transports. C’est notamment le cas des Pays de la Loire, rappelle BFMTV lundi 28 novembre. Dans cette région, emprunter un TER ou un bus coûtera 6% plus cher en 2023. Le transport scolaire ne sera pas non plus épargné car les foyers payeront 40 euros supplémentaires par enfant déposé.

Mais ce n’est pas la seule région concernée, en Paca et en Nouvelle-Aquitaine, les TER vont augmenter de 8%. De son côté, la région Auvergne-Rhône-Alpes va limiter la hausse des prix pour ses voyageurs abonnés à 3%, tandis que les voyageurs occasionnels payeront leur billet 8% plus cher.

Tous les transports concernés

A Bordeaux ou dans le Grand Lyon, le prix du ticket va augmenter même si la hausse sera contenue en-dessous des 2%. Le tarif des tickets de transports urbains devrait également augmenter, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, passant de 1,50 à 2,30 euros. Pour Renault Muselier, le président du conseil régional, l’augmentation vise à participer à l’amélioration du service et non à compenser la flambée des prix de l’énergie. « Nous serons obligés de manière très modérée de prendre en compte une partie de l’évolution de la tarification », déclarait Jean-Pierre Serrus, vice-président de la région Sud responsable des transports, au micro de BFM Marseille. Nous le faisons avec deux objectifs : protéger au maximum le pouvoir d’achat et en particulier celui de ceux qui ont le plus de difficultés financières. »

A Rennes, une augmentation est probable, tout comme en Normandie. En revanche, dans le sud de la France, l’Occitane fait de la résistance et tient à contenir une hausse des TER, tout en attendant un geste de l’État. Dans les Hauts-de-France, on plaide pour un gel des tarifs des TER, en tout cas pour le mois de janvier 2023, afin d’éviter une double peine aux usagers déjà victimes d’une desserte de mauvaise qualité.

Pour finir, la région Grand Est préfère de son côté attendre un geste de l’Etat, tout en temporisant : avant l’année prochaine, pas de hausse des prix gravée dans le marbre. Certaines lignes pourraient en revanche fermer pour combler l’augmentation du prix de l’électricité.