Se connecter S’abonner

Pouvoir d’achat : la France, bon élève européen

Le pouvoir d’achat des Français est meilleur que celui de ses voisins européens, révèle une étude. Détails.

Pouvoir d'achat
Crédit : iStock.

Le pouvoir d’achat des Français se porte bien. Ou, plus justement, il va mieux que celui des autres résidents européens. Voilà l’enseignement que transmet l’étude du blog spécialisé Fipaddict, relayée par Les Echos, qui s’est basée sur les prévisions publiées début novembre par la Commission européenne. Ainsi, dans l’Hexagone, le pouvoir d’achat par habitant devrait être supérieur de 1,5 % par rapport à son niveau de 2019, selon les calculs de l’enseignant en économie et en finances publiques à l’origine des calculs. Plus précisément, chaque habitant a gagné en moyenne 330 euros depuis trois ans, malgré le recul attendu, estimé à 0,3%.

C’est mieux qu’en Allemagne (+0,1 %), en Italie (-0,7 %), au Royaume-Uni (-2,3 %) et en Espagne (-6,8 %) sur la période. « Cela fait de la France le seul grand pays européen où le pouvoir d’achat devrait augmenter depuis la crise sanitaire », note Fipaddict. Néanmoins, l’étude ne détaille pas la répartition des gains selon les catégories de population.

Le pouvoir d’achat par habitant s’est amélioré de 1,4 %

En France, c’est l’évolution de la répartition du revenu national entre ménages, entreprises et administrations qui permet cette hausse. Aussi, les aides découlant de la pandémie ainsi que les dispositifs mis en place pour juguler la crise énergétique, ont permis aux Français d’augmenter la part perçue d’environ un point, passant de 62,7 % en 2019 à 63,6 % en 2022. De facto, le pouvoir d’achat par habitant s’est amélioré de 1,4%. La progression des revenus provenant des actifs français à l’étranger permet également de gagner 1,1 point sur la période. En revanche, le pouvoir d’achat de l’Hexagone est entravé par l’évolution des prix, en raison de la flambée des prix de l’énergie importée. Mais de façon plus limitée qu’en Italie ou en Espagne, par exemple.

Depuis la crise sanitaire, les créations d’emplois importantes observés dans l’Hexagone provoqueraient une augmentation de 1,7% du pouvoir d’achat par habitant. Le bouclier tarifaire, qui sera prolongé en 2023 dans l’Hexagone, dans une mesure moins importante, devrait continuer de protéger le pouvoir d’achat des Français, estime l’étude. Mais la suite reste incertaine, et la mesure extrêmement coûteuse est surtout financée par les déficits publics.

« Cela devrait logiquement conduire le gouvernement à organiser sa disparition progressive, ce qui se traduirait par un rebond de l’inflation pour les ménages, sauf si les prix de l’énergie se normalisent d’ici là », prévient Fipaddict. Afin de se calquer sur la trajectoire budgétaire fixée autour de 2027, il faudra progressivement réduire le déficit public et ainsi « conduire à une évolution de répartition interne du revenu national défavorable aux ménages », conclut l’étude.