Se connecter S’abonner

Prix de l’électricité : un « amortisseur » pour réduire sa facture, mais pour qui ?

Face à la flambée des prix de l’électricité, le dispositif a été dévoilé par Bercy mardi 29 novembre 2022. Détails.

électricité
Crédit: iStock.

C’est un dispositif qui entrera en vigueur le 1er janvier 2023. Dévoilé par Bercy mardi 29 novembre et relayé par BFMTV, cet amortisseur a pour vocation de soutenir les collectivités locales et les entreprises face à la flambée des prix de l’électricité, et plus largement de l’énergie. Toutes les petites et moyennes entreprises (moins de 250 salariés et moins de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires) pourront en bénéficier à condition qu’elles ne soient pas déjà éligibles au bouclier tarifaire. Même droit pour les collectivités et établissements publics « n’ayant pas d’activités concurrentielles ».

Juguler la hausse des prix de l’électricité

Du côté de Bercy, on décrit une aide qui a pour vocation d’être « efficace, lisible et rapide ». Pour l’obtenir, il faudra déposer un dossier incluant ses factures d’énergie. La part de la facture d’électricité prise en charge par l’État pourra être calculée grâce à un simulateur en ligne, afin que les entreprises puissent avoir de la visibilité sur l’augmentation de leurs coûts d’exploitation. Leurs futures factures intégreront directement l’aide gouvernementale. Celle-ci devrait réduire la facture totale de 20 à 25 %.

Prévu pour une année, cet amortisseur intervient en complément des autres mesures. Le but étant de soutenir les PME et les TPE qui intègrent des installations électriques trop puissantes pour bénéficier des tarifs réglementés. Un plan d’aide de 13 milliards d’euros avait été annoncé par Élisabeth Borne, en octobre. Celui-ci avait pour vocation de soutenir les entreprise face à la flambée des tarifs de l’électricité. Dans le détail, 3 milliards sont destinés à financer le coût de l’amortisseur par l’État, 7 milliards d’euros pour le dispositif précédent (septembre-décembre 2022) et 2,5 milliards d’euros aux pour gonfler les aides des collectivités locales.