Se connecter S’abonner

Voiture électrique : le prix des batteries cesse de baisser

Après onze ans de baisse, le prix des batteries pour voiture électrique a de nouveau augmenté, notamment en raison de la guerre en Ukraine.

Voiture électrique
Crédit: iStock.

Le prix d’une voiture électrique, déjà largement supérieur à celui d’un véhicule thermique de même standing, ne devrait pas baisser pour l’instant. En cause : un coup d’arrêt brutal à la baisse du prix des batteries. Celles-ci représentent en effet 40 % du coût du véhicule. Les améliorations apportées à cette technologie et les économies d’échelles liées à son développement ont permis au cours des dix dernières années d’en faire largement diminuer les coûts, rappellent Les Échos. Mais la tendance s’est inversée en 2022, selon la dernière étude de BloombergNEF.

La voiture électrique plombée par les matières premières

En 2021, une batterie de voiture électrique lithium ion coûtait environ 141 dollars par kilowattheure. Soit près de dix fois moins qu’en 2010 (1.306 dollars). Mais en 2022, le coût moyen est reparti pour la première fois à la hausse, à 151 dollars (+7 %). Cela en raison de l’explosion du prix des matières premières en 2022. Une volatilité notamment due à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les sanctions qui en découlent. Les deux pays abritent en effet d’importantes réserves de lithium, cobalt, nickel et manganèse. Autant de minéraux nécessaires à la confection des batteries.

Selon BloombergNEF, le prix des dérivés du lithium a augmenté de 157 % en un an. Ceux du cobalt ont connu une évolution presque aussi importante et les dérivés du nickel ont pris 42 %. Le plus dur pourrait cependant être passé. Les coûts ont recommencé à baisser en fin d’année. De plus, de nouvelles technologies n’utilisant ni nickel ni cobalt (mais toujours du lithium) se développent. BloombergNEF considère que pour que le prix d’une voiture électrique corresponde à celui d’une voiture thermique, il faudrait que le prix des batteries tombe sous les 100 dollars par kilowattheure. L’organisme prévoyait le franchissement de ce palier en 2024, il a repoussé ses prévisions à 2026.