Se connecter S’abonner

Noël : les cadeaux seront là, malgré l’inflation

S’ils prévoient de réduire leurs dépenses de Noël, les Français ont des astuces pour garnir le pied du sapin. Explications.

Noël
Crédit : iStock.

Ne pas priver les enfants, tout en recherchant les bonnes affaires: le pied du sapin devrait rester bien garni à Noël malgré l’inflation, les Français ne renonçant pas à la joie d’offrir des cadeaux. « Les parents vont bien entendu acheter des cadeaux pour leurs enfants comme chaque année. Mais ils recherchent des promotions cette année encore plus que d’habitude », résume Frédérique Tutt, analyste monde pour NPD, cabinet qui fait référence pour le marché des jouets. « L’inflation va peser à la marge ».

Lors de la semaine du Black Friday fin novembre, les ventes de jouets ont bondi de 31 % par rapport à la semaine précédente, précise-t-elle à l’AFP. « En temps de crise, on a toujours privilégié les enfants, le Père Noël ne connaît pas la crise, il ne connaît pas l’inflation », estime Franck Mathais, porte-parole de JouéClub.  Il affirme que le niveau de dépenses par client « est stable par rapport à l’an dernier, pour l’instant on n’a pas d’effet d’inflation ». L’enseigne aux 290 magasins affirme avoir « limité la hausse des prix à 3,6 % » contre 6,7 % sur le marché : « pour un jouet de 30 euros ça fait 1,10 euro, ce n’est pas cela qui va changer la donne ».

Les Français prévoient de réduire leurs dépenses de Noël

« Noël, c’est voir son enfant avec les yeux qui pétillent », renchérit Philippe Gueydon, directeur général de King Jouet (330 points de vente), qui table sur une « stabilité des ventes, mais en euros, et donc une baisse en quantité: « il devrait y avoir un tout petit peu moins de jouets sous le sapin, les gens ne vont pas diviser par deux leurs achats mais sans doute arbitrer un peu différemment », selon lui.

Plus de sept Français sur dix envisagent de réduire leurs dépenses pour les fêtes de fin d’année « sur au moins un poste de dépenses par rapport à 2021. Même s’ils sont moins concernés, les cadeaux pour les enfants ne sont pas épargnés », selon une enquête du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) réalisée auprès de 3.000 personnes. Un tiers des personnes interrogées envisagent de réduire leurs dépenses en cadeaux pour enfants par rapport à 2021, particulièrement dans les catégories des ouvriers et employés ainsi que chez les 30-59 ans.

La seconde main sous le sapin

Pour ses achats, Julie Métayer, 45 ans, mise beaucoup sur la seconde main et les promotions : « Mon fils de 14 ans voulait absolument des baskets de marque, on a trouvé le modèle qu’il voulait à moitié prix sur Vinted. Celui qui a 12 ans adore la photo, je suis tombée sur une offre Black Friday pour un appareil photo à -15 %. Et pour mon plus jeune fils ce sera sûrement un vaisseau Star Wars d’occasion ».

Côté tendances, les grosses franchises – Pokemon, Star Wars, Pat’Patrouille, Harry Potter ou encore Barbie – continuent de tirer le marché et « n’ont jamais été aussi fortes » avec 24 % du chiffre d’affaires, souligne NPD. Sans oublier que les jouets ne sont pas réservés aux enfants: « 28 % des achats, ce sont les adultes qui les font pour eux-mêmes, pendant toute l’année, contre 20 % l’an dernier », indique Franck Mathais pour JouéClub.

Si pendant la pandémie les ventes avaient accéléré en ligne, les magasins ont depuis retrouvé de la vigueur et représentent plus de 70 % des achats de jouets. L’offre émanant de marques françaises est elle estimée entre 15 % et 20 % selon les enseignes, un chiffre à diviser par deux lorsqu’on s’en tient plus strictement au Made in France ou au fabriqué français. 

Une donnée reste cependant inconnue: « On n’a jamais eu de Coupe du monde de football en hiver, donc quel va être son impact » parmi les jouets au pied du sapin, via les cartes Panini ou les produits à l’effigie des Bleus ? s’interroge Frédérique Tutt (NPD). Le Mondial au Qatar se terminant le 18 décembre, « on sait que si l’équipe de France va loin on va en vendre beaucoup, mais sinon des produits vont se retrouver à -50 % en rayon juste avant Noël… », indique-t-elle.