Se connecter S’abonner

Électricité : le risque de coupures en janvier diminue

Si les Français continuent de restreindre leur consommation d’électricité, et que le climat ne vient pas s’en mêler…

électricité
Crédit: iStock.

Un peu de répit pour les Français qui craignaient des coupures d’électricité au mois de janvier. Selon la dernière analyse de RTE, le risque de tensions pour le réseau électrique en janvier apparaît désormais comme « moyen » et non plus « élevé » comme c’était le cas jusqu’à présent. « Sous réserve du maintien des efforts d’économies d’énergie, ces évolutions favorables permettent de réduire le risque pour la sécurité d’approvisionnement par rapport à l’anticipation de ces derniers mois, en particulier pour le mois de janvier (…) sans pouvoir l’exclure en cas de conditions météorologiques très défavorables », estime RTE dans la dernière actualisation de ses perspectives pour le système électrique pour les quatre prochaines semaines.

Un signal Ecowatt rouge en risque de coupure d’électricité

« La France aborde le coeur de l’hiver dans une situation plus favorable qu’au début de l’automne, et mieux préparée à faire face aux situations de tension », affirme le gestionnaire. Cette évolution favorable est à mettre sur le compte d’une forte baisse de la consommation qui est « désormais solidement établie », avec un recul de 9% sur les quatre dernières semaines, dont -12% dans le secteur industriel et -7% dans le résidentiel et tertiaire. « Clairement, nous sommes dans une situation où la consommation est plus basse que ce que nous pourrions anticiper en septembre, dans des proportions importantes qui ne sont pas dues aux conditions météorologiques », a promis Thomas Veyrenc, directeur exécutif de RTE.

En outre, les stocks hydrauliques, qui avaient souffert de la sécheresse, ont pu être « reconstitués » au cours de l’automne tandis que les stocks de gaz ont pu être préservés à la faveur des températures douces des mois d’octobre et novembre. Autre amélioration notable : la disponibilité du parc nucléaire dont la capacité a dépassé 40 gigawatts (GW) à compter de la semaine du 12 décembre après la remise en service de nombreux réacteurs.

L’ensemble de «  ces éléments permettent de réduire le risque d’émission du signal Ecowatt rouge » par rapport au scénario de base établi par RTE en septembre. Ce signal prévient de risques de coupures ciblées à moins de réductions substantielles de la consommation d’électricité. « Pour la fin de l’année 2022 jusqu’au 1er janvier, vous pourrez partir tranquillement en vacances », a même déclaré Thomas Veyrenc, soulignant que « la probabilité de recours au dispositif Ecowatt rouge est quasiment nulle » durant cette période. En ce qui concerne le reste de l’hiver, le nombre de signaux Ecowatt rouge pourrait être compris « entre zéro et trois ».