Se connecter S’abonner

Hameçonnage : les arnaques se multiplient à Noël

Alors que de nombreux colis sont livrés en période de fête, certains SMS annonçant leur livraison sont en fait des arnaques.

arnaques

Les arnaques ne prennent pas de vacances, pas même pendant les fêtes. Et ce n’est pas le directeur général de Cybermalveillance, la plateforme du gouvernement qui traite les cas de piratage et les menaces numériques, Jérôme Notin, qui dira le contraire. En cette fin d’année, il dénonce l’arnaque par SMS au « colis prêt à être livré », un phénomène en pleine expansion. « Historiquement, nous recevons une dizaine ou une centaine de demandes d’assistance par jour. Depuis début décembre, nous en sommes à plus de 1.500 demandes par jour ! », détaille-t-il auprès de France bleu.

Au moyen d’un simple SMS, les arnaques indiquent que votre colis est « prêt, organisé pour la livraison ». En cliquant sur le lien qui se trouve dans le même message, les données bancaires sont piratées. « Innocemment, beaucoup de gens, en attente de livraison de leur colis, cliquent », raconte Jérôme Notin. Et c’est ce qu’il ne faut surtout pas faire. « Sous couvert d’une demande d’affranchissement, censée coûter mettons 1,95 euro, certains donnent leur numéro de carte de crédit. Les arnaqueurs vont ensuite l’utiliser pour faire des achats sur des sites qui ne font pas de demande de validation pour le paiement. » Et si vous avez cliqué sur ce lien sans toutefois procéder à un paiement, un virus se charge tout de même de collecter les données pour en tirer profit.

Des arnaques qui peuvent également faire flamber la facture de téléphone

Il n’est pas impossible que les escrocs aient également recours à des appels téléphoniques, une fois que vous avez cliqué sur le lien. Ils se font ensuite passer pour votre agence bancaire. « On vous fait croire que des opérations frauduleuses sont en train de se faire avec votre carte bancaire. Les arnaqueurs vous demandent alors de leur transmettre un code que vous allez recevoir par SMS. Ce code leur permet en réalité de valider un achat », précise Jérôme Notin.

A votre insu, votre numéro pourra aussi parfois envoyer des SMS de hameçonnage à d’autres personnes. « Vous entrez dans la boucle, à votre détriment. Nous avons eu le cas, dernièrement d’une personne, qui se fait ensuite harceler en retour par les gens qu’elle contacte malgré elle. C’est un peu la double peine : votre téléphone est piraté, et en plus les gens croient que c’est de votre faute, et vous en veulent ». Une sursaturation importante peut alors intervenir pour la personne qui possède le téléphone qui a servi pour l’arnaque. « Je peux vous citer l’exemple d’une victime qui en a eu pour 1.500 euros de surfacturationen un mois », se souvient Jérôme Notin.

Selon lui, depuis le 1er décembre, 21.000 personnes se sont rendues sur la page de l’article qui fait état de cette technique de hameçonnage sur le site de la plateforme Cybermalveillance. Si vous êtes contacté, Jérôme Notin donne des outils : « Ne jamais cliquer sur le lien, bien sûr. Si l’on vous contacte au nom de La Poste, Chronopost, Amazon, vous pouvez tenter de contacter ces entreprises. Pareil pour votre banque, si l’on vous contacte en son nom. » Il est aussi possible de transférer le SMS abusif au 33700, un dispositif d’alerte par SMS créé par les opérateurs télécoms, les éditeurs de services et les hébergeurs, conjointement avec le Secrétariat d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation.