Se connecter S’abonner

Prix du gaz : quelles augmentations en 2023 ? Pour qui ?

La hausse sera de 15% en moyenne à partir du 1er janvier pour les clients qui ont souscrit une offre en tarif réglementé de vente du gaz naturel ou dont le contrat est indexé sur ce tarif.

gaz
Crédit : iStock.

Les ménages français ont été en majorité épargnés cette année par l’envolée des prix du gaz grâce au bouclier tarifaire ou à la faveur d’un contrat à prix fixe, mais 2023 sera un cap plus difficile à passer.

De combien le tarif réglementé va-t-il augmenter ?

La hausse sera de 15% en moyenne à partir du 1er janvier pour les clients qui ont souscrit une offre en tarif réglementé de vente du gaz naturel (TRVg) ou dont le contrat est indexé sur ce tarif. Pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson (tarif base) ou l’eau chaude (B0), la hausse pourrait être moindre, tout dépendra d’un arrêté gouvernemental attendu d’ici au 31 décembre.

Certains ménages, entreprises ou copropriétés engagés sous contrat à prix de marché ou dont le contrat a expiré en 2022, ont déjà vu leurs tarifs exploser et sont en difficulté. En copropriété, le bouclier tarifaire fonctionne moins bien : l’aide est plafonnée et le syndic de l’immeuble ou le bailleur social doit réclamer une aide a posteriori.

Qui va payer plus cher au 1er janvier ?

Environ 40% des ménages. Il s’agit des abonnés d’Engie en tarif réglementé ou d’un des 22 fournisseurs locaux, comme Gaz de Bordeaux, ou les clients d’autres fournisseurs ayant une offre indexée sur le tarif réglementé. Pour ces clients, les tarifs n’ont pas bougé depuis le 1er novembre 2021 grâce au bouclier tarifaire sans lequel la facture aurait augmenté de 122%. L’Etat a payé la différence et compensé aux fournisseurs de gaz.

Actuellement, « on peut trouver des contrats au même niveau que le tarif réglementé mais pas moins cher », dit à l’AFP le médiateur de l’énergie, qui propose un comparateur d’offres indépendant et gratuit (http://comparateur.energie-info.fr).

Qui échappe à la hausse de janvier ?

Rien ne change pour les clients ou copropriétés qui avaient souscrit une offre à prix fixe, souvent sur une ou plusieurs années. Mais ils s’exposent à une hausse de tarif quand leur contrat arrivera à échéance: certains ont déjà doublé, triplé ou plus en 2022. Il est conseillé de bien comparer les offres car les copropriétés, quand elles s’engagent, paient des pénalités en cas de résiliation.

Y aura-t-il d’autres hausses du prix du gaz en 2023 ?

Probablement. Le bouclier tarifaire a été prolongé jusqu’au 30 juin par la loi de finances 2023. Dès le lendemain, les tarifs réglementés de vente du gaz disparaîtront pour tout le monde, parce que jugés contraires au droit européen. Les clients concernés ont reçu plusieurs courriers, selon le médiateur de l’énergie, et devront souscrire un nouveau contrat. S’ils restent passifs, ils basculeront automatiquement chez Engie (ex-GDF Suez) dans un contrat qu’ils n’auront toutefois pas choisi.

Le 1er juillet, la Commission de régulation de l’énergie mettra en place un prix de référence qui pourrait servir de base à la poursuite du bouclier tarifaire.

La hausse des prix du gaz fait-elle baisser la consommation ?

La consommation de gaz en France, comme ailleurs en Europe, a baissé significativement depuis le 1er août, mais il est difficile de savoir si c’est dû au prix ou à un effort de sobriété. Pour les ménages, la baisse est de 14% depuis le 1er août, selon des chiffres corrigés du climat arrêtés au 18 décembre par GRTgaz et comparés à l’hiver 2018-2019 servant de référence.

Mais la baisse spectaculaire de la consommation de gaz par les gros industriels français (-22%), montre que la hausse des prix force bien les clients à réduire leur consommation, puisque les entreprises ne sont pas protégées par le bouclier tarifaire. Autre illustration : dans un pays comme la Belgique, où il n’existe pas de tarif plafonné du gaz, la baisse de consommation des ménages a atteint -20% en novembre, par rapport à la moyenne 2019-2021, selon l’institut Bruegel.

La hausse des prix est-elle un mal nécessaire ?

La question se pose au moment où l’Europe veut accomplir sa transition énergétique et réduire sa consommation d’énergies fossiles comme le gaz et le pétrole, émetteurs de gaz à effet de serre. Pour l’association de défense des consommateurs CLCV, la hausse est cependant insoutenable, et les aides insuffisantes car « pour les personnes ayant des revenus inférieurs à 2.000 euros par mois, certaines consacrent 60% de leur budget aux dépenses essentielles », dont l’énergie.

Oui, estiment au contraire certains experts qui soulignent l’importance du « signal prix » pour inciter à la sobriété énergétique. Ils jugent qu’un prix faussé par l’intervention de l’Etat engendre une surconsommation, au lieu de concentrer les subventions sur l’aide à la régulation et rénovation thermiques.