Se connecter S’abonner

Prix des carburants : le gazole devrait continuer de dépasser l’essence

Pour de nombreux Français, le prix des carburants est un foyer de dépense à surveiller, d’autant plus avec l’arrêt des aides gouvernementales.

prix des carburants
Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont reculé la semaine dernière.

Difficile d’avoir des chiffres précis concernant le prix des carburants pour l’année 2023 qui s’annonce. Si les niveaux du prix du baril de pétrole brut sont actuellement bas, la reprise de l’activité économique attendue en Chine pourrait rebattre les cartes. Mais le cours de l’or noir pourrait baisser si l’économie ralentit. Surtout, d’après BFMTV, le prix du gazole, plus élevé que l’essence depuis quelques mars 2022, notamment en raison de la guerre en Ukraine, avec de faibles variations, ne devrait pas redescendre.

« Je ne pense pas que le gazole repassera sous l’essence à court terme. Depuis le début de la guerre en Ukraine, les marchés anticipent qu’on va manquer de ce carburant et donc le prix augmente », analyse le président de la branche stations-service et énergies nouvelles du syndicat professionnel Mobilians, Francis Pousse.

Le prix des carburants historiquement taxé selon l’usage

Et la situation n’a rien de normal. La taxation est historiquement plus avantageuse pour le gazole, carburant le plus utilisé par les Français. Alors que pour le sans-plomb 95 les taxes (TVE, TICPE et TVA sur la TICPE) représentent environ 60% du prix d’un litre, c’est 45% pour du gazole. Si l’Europe intervient politiquement, le gazole pourrait continuer d’être affiché à un prix supérieur à celui de l’essence. À compter du 5 février 2023, les importations russes seront bloquées en raison de l’embargo de l’UE sur le pétrole du pays en vigueur depuis le 5 décembre.

Selon le directeur du Centre de géopolitique de l’énergie et des matières premières (CGEMP), Patrice Geoffron, le risque d’un « mini choc pétrolier » n’est pas à écarter. Il tablait sur un prix du gazole dépassant les 2 euros le litre, 2,50 euros le litre dans le pire des cas, en raison de la cessation des aides gouvernementales et d’un prix élevé du pétrole. Les distributeurs ont néanmoins eu le temps d’anticiper la fermeture du robinet de gazole russe. En 2021, celui-ci représentait environ 30% de la consommation française. Ainsi, l’approvisionnement ne devrait pas être perturbé.