Se connecter S’abonner

Emplois francs : le dispositif prolongé

Le dispositif des emplois francs est destiné aux 5,5 millions de Français issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

emplois francs

C’est par un décret que le système des « emplois francs » vient d’être prolongé. Celui-ci est destiné aux habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville, soit 5,5 millions de personnes, précise franceinfo. Les entreprises qui embauchent des publics appartenant à cette cible pourront bénéficier d’une belle enveloppe de 15.000 euros, divisée en trois paiements de 5.000 euros par an, à condition d’embaucher une personne habitant dans l’un des 1.514 quartiers prioritaires de la politique de la ville disséminés sur le territoire métropolitain et dans les outre-mer.

Les emplois francs ont subi une phase de test en 2018

Dans un « questions-réponses », le ministère du Travail explique qu’en dépit du même âge, de diplômes et parcours équivalents, il est moins facile pour ces habitants d’accéder à un emploi. Pour le Gouvernement, il s’agit d’une arme supplémentaire pour parvenir au plein emploi, ou a minima, de faire diminuer le chômage, au-delà d’une lutte contre les inégalités. Pour percevoir cette aide, l’adresse de résidence fait foi, mais il faudra également être inscrit à Pôle emploi, excluant de facto les personnes en arrêt maladie ou en formation. Si elle recrute une personne en contrat de sécurisation professionnelle, considérée comme une formation par Pôle emploi, une exception sera faite et la personne concernée pourra toucher son enveloppe.

Même s’ils ne sont pas inscrits en tant que demandeurs d’emploi, tous les jeunes suivis par la Mission locale pourront également y prétendre. Pôle emploi versera alors la prime tous les six mois. L’employeur touchera alors 2.500 euros par semestre pendant trois ans, dans le cadre d’une embauche en CDI. Pour les embauches à temps partiel, l’enveloppe sera versée au prorata du temps de travail. Pour les CDD, le dispositif fonctionne également, à condition que le contrat dure au moins six mois. Les particuliers employeurs, eux, ne pourront pas percevoir cette aide.

Avant d’être généralisés, les emplois francs ont subi une phase de test en 2018. Le décret vient de prolonger le dispositif jusqu’à la fin de l’année 2023. Une belle dynamique avait été observée en 2021, avec plus de 30 % d’inscrits. Mais par rapport aux ambitions de ce plan, les 45.000 personnes à qui il a bénéficié sont encore trop peu nombreuses.