Se connecter S’abonner

Electricité : la consommation des ménages diminue

Si les Français ont moins consommé d’électricité au mois de décembre, c’est notamment en raison de la douceur anormale des températures.

électricité
iStock

Les Français semblent déterminés à avoir un œil sur leur consommation d’électricité. Ce ne sont pas les derniers chiffres hebdomadaires publiés par RTE qui feront dire le contraire. La semaine dernière, par rapport à la moyenne des années précédentes, la consommation électrique française a en effet baissé de 8,5%, un chiffre dans la moyenne des quatre dernières semaines observées, rapporte BFMTV. La semaine dernière déjà, elle avait diminué mais moins fortement, à 7,4 %. Cette nouvelle diminution de la consommation électrique est avant tout imputable à la douceur des températures de la deuxième moitié du mois de décembre.

L’électricité moins sollicitée en raison des températures douces

RTE détaille que « sur la semaine passée, les températures se sont situées significativement au-dessus des normales de saison, avec un écart positif atteignant 9,2° C le samedi 31 décembre ». « Le retour des températures au-dessus des normales de saison depuis le 19 décembre réduit en revanche ce besoin [d’électricité pour le chauffage, NDLR] », ajoute RTE dans son communiqué.

La température moyenne observée en France était ce jour-là de 13,8° contre 4,6° en moyenne les années antérieures. L’Hexagone est largement au-dessus des normales de saison depuis le 19 décembre, et ce, tous les jours. Le Gouvernement plaide pour une réduction de 10 % de la consommation d’énergie par rapport à 2019 sur les deux prochaines années.

Ce suivi hebdomadaire de la consommation d’électricité a été lancé par RTE dans un contexte de crise énergétique. Pour obtenir ces données, il faut que celles-ci soient alignées sur un mercure normal pour la période en question. En d’autres termes, une température de référence sert de base de calcul pour évaluer la consommation et observer d’une année à l’autre les variations structurelles au-delà des conséquences météorologiques, comme un temps anormalement plus froid ou plus doux.