Se connecter S’abonner

Automobile : la hausse des cotes pour les voitures d’occasion

Fragilisé pendant la période pandémique, le secteur automobile a vu le prix de ses voitures d’occasion augmenter de 30 % en deux ans.

automobile
View from above on a traffic jam as seen from the Arc de Triomphe (Paris, France).

Bonne nouvelle pour les propriétaires de voitures destinées à la revente. En raison du ralentissement de l’offre de voitures neuves, fragilisées par des problèmes logistiques, « les prix de vente des voitures d’occasion ont augmenté d’environ 30 % en deux ans. Ce n’était jamais arrivé sur un laps de temps aussi court », explique Olivier Flavier, vice-président Mobility France du groupe Adevinta, maison mère de L’Argus et propriétaire du Bon Coin dans un communiqué.

L’industrie automobile fragilisée ces derniers mois

« Comme nous avons constaté un écart qui devenait beaucoup trop fort entre les prix de vente des voitures d’occasion et nos cotes qui sont forcément plus basses, nous avons rectifié nos courbes de dépréciation pour s’assurer qu’elles collent plus au marché », a ajouté M. Flavier. La cote Argus, qui existe depuis les années 1930, sert de base de calcul pour établir le coût de la reprise des voitures par un professionnel. Pour chaque type de voiture, l’Argus propose une courbe de dépréciation à partir de son prix de vente neuf.

Au cours des deux dernières année, l’Argus a dû s’adapter aux bouleversements rencontrés par l’industrie automobile et retouche aujourd’hui ses cotes, un fait plutôt rare. Le marché automobile s’était effondré avec le confinement lié au coronavirus au printemps 2020, et, pour la première fois depuis 1940, le journal avait suspendu ses cotes.

En 2021, le marché de l’occasion a ensuite connu une année record, avant de dégringoler en 2022 (-13,5 % avec 5,2 millions de transactions). Début janvier, le cabinet AAA data indiquait qu’en raison de la difficulté à trouver des voitures récentes, les prix des anciennes avaient augmenté. « Aujourd’hui, il s’agit d’un ajustement anticipé et travaillé depuis plusieurs mois par les équipes d’experts et data scientists. Il concerne l’ensemble des véhicules particuliers, avec des niveaux d’ajustements différents en fonction de l’énergie et de l’ancienneté du véhicule », a conclu M. Flavier.