Se connecter S’abonner

Carburants : le prix du superéthanol est-il toujours attractif ?

En dépit d’une augmentation notable par rapport aux tarifs en vigueur en 2022, le superéthanol reste moins cher que les carburants fossiles.

carburants
Crédit: iStock.

Pour certains automobilistes, c’est un achat utile. Face à la hausse des prix des carburants amorcée en 2022, nombreux sont les Français qui ont décidé d’installer un boîtier de conversion au superéthanol sur leur véhicule. Mais si ce carburant, dont le prix a aidé les conducteurs à garder un œil sur leur pouvoir d’achat, s’est un temps imposé face à ses concurrents, il a vu son prix augmenter fortement, pour dépasser la barre des 1 euro le litre, début 2023. Aujourd’hui, il se vend en moyenne 1,10 euro le litre, selon le baromètre hebdomadaire du ministère de la Transition écologique diffusé lundi 16 janvier, et relayé par Le Parisien alors qu’il se vendait entre 70 et 90 centimes presque toute l’année passée.

« Je continue de circuler bien moins cher que si j’étais resté au SP95-E10 (1,83 euro en moyenne la semaine passée), mais je ne fais plus autant d’économies que prévu, mon budget carburant s’alourdit, ça fait mal », soupire Jean-Claude, un prof de français. Pour absorber la hausse des prix des carburants, l’E85 a servi de bol d’air aux classes populaires, en raison de son bas prix. De quoi attiser la gronde sociale ? Pas impossible. « Prix des carburants en surchauffe et réforme des retraites n’ont jamais fait bon ménage », réagit-on du côté de l’association 40 millions d’automobilistes, qui conserve l’année 2019 et ses Gilets jaunes en mémoire.

Le superéthanol reste moins cher que les carburants fossiles

Pour l’heure, la plupart des usagers restent gagnants. « J’ai fait équiper ma voiture d’un boîtier pour environ 1.000 euros il y a deux ans, détaille Ludovic auprès du média. Selon mes calculs, j’économise environ 500 euros par an, en prenant en compte la surconsommation d’environ 20 %. Je viens donc de rembourser mon investissement. Même si les prix ont grimpé, cela reste avantageux. » Sophie, elle, n’a pas eu cette chance. Elle qui « roule beaucoup, près de 20.000 km chaque année », avait acquis un véhicule qui permet de rouler à l’E85 ou à l’essence « justement à cause des tarifs du superéthanol ». Au prix actuel de ce carburant, elle estime qu’elle perdra des centaines d’euros, déplorant de ne pas être directement passé à l’électrique.

Pour le secrétaire général du Syndicat national des producteurs d’alcool agricole (SNPAA), Sylvain Demoures, le sujet doit prêter à la relativisation. « Même avec un prix à 1,20 euro par litre, l’écart reste autour de 65 centimes avec le SP95-E10. Cela correspond à une économie d’environ 500 euros par an pour 20.000 km parcourus, 320 euros pour 13 000 km, ajoute-t-il. L’automobiliste qui a fait installer un boîtier de conversion l’an passé a déjà réalisé beaucoup d’économies, et il va continuer à en faire cette année ». En 2021, 30.000 véhicules flex fuel d’origine, comme celui de Sophie, ont été vendus en France, et 100.000 boîtiers E85 ont été installés. Aucune « inversion de tendance » n’a pour l’heure été observée par les fabricants de boîtiers.

Si le prix du superéthanol a bondi d’un coup, cela s’explique par le calendrier de négociations. « Parce que les contrats entre les producteurs d’alcool agricole et les pétroliers distributeurs sont négociés en fin d’année, pour une durée d’un an, raconte le président des distributeurs de carburants (hors grandes surfaces) au sein du syndicat professionnel de l’automobile Mobilians, Francis Pousse. Les nouveaux tarifs 2023 répercutent la violente hausse des prix du gaz, et des engrais qu’utilisent les producteurs d’alcool agricole. » Même s’il a augmenté, le superéthanol reste moins cher à la pompe que ses équivalents fossiles.