Se connecter S’abonner

Démographie : ces villes françaises qui attirent

Ces données sur la démographie en France ont été obtenues à l’issue d’une étude réalisée par l’Insee. Explications.

démographie

Comment évolue la démographie dans l’Hexagone ? C’est en souhaitant répondre à cette question que l’Insee a publié, le 17 janvier, une étude. Parmi les points saillants qui en ressortent : la baisse de la natalité en France ainsi qu’un ralentissement de la progression de la population. D’après RTL, qui a étudié les données obtenues par l’Institut, certaines régions attirent davantage que d’autres. Alors que plus de 400.000 habitants se sont installés dans une grande métropole, 29 % de la population française est concentrée dans environ 3 % des communes du pays.

Comme en 2014, Paris reste la ville qui attire le plus d’habitants. En revanche, à l’inverse d’il y a neuf ans, Paris intra-muros a perdu 0,06 % d’habitants en rythme annuel, selon l’Insee. Le prix de l’immobilier, la pollution ou encore le stress peuvent expliquer ce désamour qui pousse les Parisiens vers la banlieue, ou encore plus loin. Depuis dix ans, Toulouse, Rennes, Nantes, Montpellier et Bordeaux sont très dynamiques, avec une hausse qui dépasse 1 % annuel. Dans une proportion plus modeste, à environ 0,2 % par an, des agglomérations comme Saint-Etienne, Rouen et Grenoble émergent, probablement en raison d’un coût abordable de l’immobilier.

Prédictions sur la démographie à l’horizon 2070

Dans sa projection à 2070, l’Insee estime que la population sera stable en Île-de-France, car les sièges sociaux seront toujours dans la capitale. Mais des mouvements de population sont observés en direction du sud (Pays de la Loire, PACA, Occitanie). Et c’est bon pour l’économie, contrairement à ce que l’on peut imaginer : en étant plus mobiles, les Français renforcent l’industrie tricolore ainsi que le marché du travail de la France.

Le manque de main-d’œuvre a probablement joué. En effet, pour attirer un nouveau profil dans une autre région, les entreprises mettent les petits plats dans les grands : certaines financent même les déménagements. Après le Covid, il est indiscutable que les Français ont eu un désir de liberté et s’installent ainsi dans des « villes moyennes à moins de deux heures de Paris. » Pourtant, selon les mêmes projections, les départements ruraux devraient continuer de voir leur nombre d’habitants diminuer. Une région sur trois va ainsi perdre des habitants d’ici 2070. Autour des très grandes villes, tout sera alors concentré et dans deux tiers des 64 départements, un habitant sur trois sera âgé de 65 ans et plus.