Se connecter S’abonner

Étiquettes énergétiques : les Français déplorent leur absence sur les radiateurs

Devenues la norme sur la plupart des appareils électroménagers, les étiquettes de performance énergétique restent absentes des radiateurs, pourtant très consommateurs d’électricité.

radiateurs
Crédit : iStock.

La crise énergétique et environnementale pousse de nombreux ménages à s’interroger sur la consommation de leurs appareils électriques. Mais la réponse n’est pas toujours facile à trouver. Au premier rang des sources de dépense énergétique d’un foyer, on trouve le chauffage. Selon l’Agence pour la transition énergétique (Ademe), cela représente en moyenne 4.312 kWh/an et le montant de la facture peut être multiplié par 4,6 entre les radiateurs les plus efficaces et les moins performants. « Mais face à la multitude d’appareils proposés sur le marché, à quels indices peuvent-ils se fier pour faire leur choix ? », interroge Rothelec, spécialiste du chauffage électrique économique et inventeur du radiateur à inertie.

Les normes des radiateurs difficiles à déchiffrer


L’entreprise a réalisé une enquête sur l’intérêt des Français pour la classification énergétique de ces appareils et leur connaissance des indices de performance. La grande majorité des 2.104 personnes interrogées (89 %) est relativement ou très attentive à la classification énergétique de ses appareils électriques. La plupart (86 %) connaissent l’étiquette de classification allant de A à G, même si 55 % reconnaissent ne pas vraiment en connaître la signification. Il faut dire que les différentes réglementations peuvent être difficiles à comprendre.

Le système de classe d’efficacité énergétique a été simplifié en mars 2021, mettant fin aux notes A+, A++ et A+++, difficiles à comprendre. Mais il n’est pas appliqué aux radiateurs, contrairement à ce que croient 32 % des sondés. Presque autant ignorent la réponse. D’autres normes existent : la NF électricité Performance et la norme européenne Eu.BAC. « Malheureusement, peu de personnes en connaissent l’existence. Ainsi, 59 % n’ont jamais entendu parler de la NF électricité Performance et plus de 62 % de la certification européenne Eu.BAC. », relève Rothelec. De plus, seuls 31 % des sondés savent les interpréter correctement. « Une aberration » pour la marque qui plaide pour une meilleure information du public. Selon son enquête, 87 % des Français seraient favorables à ce que l’étiquette énergie soit également obligatoire sur les radiateurs.