Se connecter S’abonner

Voitures d’occasion : attention au compteur kilométrique en l’achetant

Progressivement, la Belgique se défait de sa réputation de plaque tournante des voitures d’occasion. Mais comme la France, elle a encore des efforts à fournir.

voitures d'occasion
Pare-brise d’une voiture sur lequel un panneau « occasion » est posé.

Des voitures d’occasion au compteur kilométrique trafiqué, voilà un phénomène en pleine expansion. Au fil du temps, plusieurs systèmes et sociétés de services ont été développés pour combattre ces fraudes. La société lituanienne Car Vertical compte parmi les plus récentes : elle relève, dans 27 pays du monde, les données sur les véhicules en circulation. « Le taux moyen relevé de fraude au compteur était de 15,2 %, explique l’entreprise. Les acheteurs de véhicules construits entre 2010 et 2013 prennent le plus grand risque d’obtenir une voiture au compteur trafiqué », selon son palmarès 2022 des nations les plus touchées par la fraude au compteur, relayé par l’UFC Que-choisir.

La Belgique se défait de sa réputation de plaque tournante des voitures d’occasion

La France se hisse à la 3e position du palmarès de Car Vertical sur le seul item des odomètres trafiqués. Ainsi, l’an dernier, 9,6 % des voitures analysées par l’entreprise ont dévoilé un kilométrage modifié. En moyenne, la réduction observée est de 24.826 kilomètres. Ce sont la Finlande et la Belgique qui trustent les deux premières places avec 9,55 % de compteurs litigieux dans le premier pays, et 9 % dans le second. C’est en Lettonie que la fraude est la plus courante : 23,6 % des voitures analysées présentaient un souci de kilométrage.

En Belgique, il est pourtant difficile de modifier les données des compteurs. En effet, il s’agit du seul pays à disposer du Car-Pass, un système dédié à la lutte contre la fraude. Le kilométrage observé est saisi dans une base informatique à chaque passage chez un professionnel de l’automobile belge. Le vendeur est tenu de présenter un relevé Car-Pass détaillé de l’historique du véhicule s’il décide de le revendre. Le marché belge a ainsi pu être largement assaini, gommant progressivement sa réputation de plaque tournante du marché de l’occasion en Europe occidentale.

Au 1er juillet prochain, des études et statistiques pourront se servir dans ces données collectées. De plus, « le Car-Pass indiquera également l’autonomie des véhicules électriques », détaille Car Vertical, et en 2024, davantage de précisions concernant la nature de tous les travaux effectués sur la voiture sera enregistrée dans la base, « faisant évoluer le Car-Pass vers un carnet d’entretien numérique ». En France, Histovec s’impose comme le seul système comparable, à cette différence près que les interventions réalisées chez un garagiste ne sont pas saisies dans une base de données. En revanche, le dispositif permet d’obtenir les kilométrages relevés, de connaître la date de première mise en circulation, le ou les changements de propriétaire, la situation administrative du véhicule, etc. Il faudra sûrement l’améliorer par la suite.