Catégories : Aides et allocations

Assurance chômage: la Cour des comptes veut limiter les abus

La Cour des comptes, à l’unisson avec le gouvernement. Dans un référé envoyé au Premier ministre fin décembre 2018, les magistrats de la rue Cambon se sont fendus de quelques recommandations pour réformer l’assurance chômage. Certaines règles d’indemnisation sont « susceptibles de donner lieu, dans un nombre limité de cas, à des stratégies d’optimisation et à un traitement différent pour des situations comparables », d’après la Cour.

Activité réduite et droits rechargeables

Dans le viseur, le dispositif qui permet de cumuler des revenus d’une activité et une allocation chômage, dans le cas d’une activité réduite. Par exemple, une personne qui travaille pour plusieurs employeurs : en cas de perte d’un des emplois, ce salarié peut prétendre (si les conditions sont remplies) à une allocation chômage correspondante au revenu perdu. « Ces règles sont susceptibles de donner lieu à des abus, en l’absence de plafond applicable aux revenus totaux de l’allocataire concerné. En outre, l’évolution des revenus mensuels tirés de l’activité réduite conservée n’est pas prise en considération pour moduler le montant de l’indemnisation (chômage) à verser », fait remarquer la Cour.

A LIRE >>> Dégressivité des allocations chômage: une formule controversée et déjà testée

Dans le référé, les sages pointent aussi le dispositif des droits rechargeables. Ce mécanisme permet aux allocataires de recharger leurs droits lorsqu’ils arrivent à terme, en prenant en compte les périodes travaillées pendant l’indemnisation. Selon la Cour des comptes, les règles liées aux droits rechargeables « se sont superposées à une réglementation déjà complexe et éparpillée ». Une simplification est demandée. Le gouvernement comptait modifier ce dispositif, considérant qu’il enferme les allocataires « dans la précarité ».

Revoir l’accompagnement

Enfin le document pointe l’inefficience de Pôle emploi dont l’accompagnement serait « particulièrement distant » voir « inexistant » pour les allocataires en activité réduite. La Cour demande que cette situation soit revue dans le cadre de la nouvelle convention tripartie de l’assurance chômage qui s’appliquera de 2019 à 2022. Après l’échec des négociations entre le patronat et les syndicats, le gouvernement a repris l’ascendant et mène une concertation. Les mesures seront dévoilées au printemps.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

En 3 minutes, vous allez tout comprendre à l’investissement socialement responsable

Les fonds ISR - pour investissement socialement responsable - permettent de placer son argent dans des entreprises respectant certains critères…

25/05/2019 12:41

Trottinettes et deux roues en libre-service: Bordeaux pose ses conditions

La métropole de Bordeaux pose ses conditions avant l’implantation des flottes de nouveaux moyens de mobilité.

25/05/2019 11:02

Ce produit d’épargne oublié qui rapporte presque deux fois plus que le livret A

Le Gouvernement fait la promotion du livret d’épargne populaire pour inciter les personnes qui peuvent y prétendre à y placer…

25/05/2019 08:14

Les opérations bancaires au nom de personnes très âgées de plus en plus contestées

La médiatrice placée auprès de la Fédération Bancaire Française affirme avoir été saisie "de plus en plus de contestations des…

24/05/2019 15:47

Soldes d’été 2019: quand est-ce que ça commence dans votre département ?

Plus que quelques semaines à attendre avant le lancement des soldes d’été 2019. S’il existe une date nationale, certains départements…

24/05/2019 14:30

Une taxe carbone aux frontières coûterait cher aux Français

La taxe pourrait coûter jusqu’à 130 euros aux ménages français qui achètent le plus de produits importés contenant du CO2.…

24/05/2019 13:57