Catégories : Aides et allocations

Travailleurs frontaliers: les règles de votre indemnisation chômage vont changer

Dans l’Union européenne, ils sont 1,1 million. Chaque jour, ils changent de pays pour aller dans celui d’à côté pour travailler : ce sont les travailleurs frontaliers. Jusqu’à présent, lorsque ces travailleurs perdaient leur emploi, c’était le pays où ils résident qui leur versait l’allocation chômage à laquelle ils ont droit. Par exemple, un Français résidant en Alsace et travaillant en Allemagne, dès lors qu’il perd son emploi, l’Unédic via Pôle emploi l’indemnise. Ses droits sont identiques à un ayant-droit français. Et le pays où travaillait le salarié remboursait à la France une partie des allocations chômage versée, explique Dossier familial.

Un accord européen

Les règles vont bientôt changer. Les institutions de l’Union européenne (Commission européenne, Conseil et Parlement) se sont mises d’accord mi-mars pour modifier ce système. En 2021, le travailleur frontalier qui a perdu son emploi sera indemnisé par le pays où il travaillait. Les allocations seront versées selon les règles du pays, sans apport financier du pays de résidence.

A LIRE >>> Assurance chômage: la Cour des comptes veut limiter les abus

Une réforme qui ne ravit pas tout le monde. Tout d’abord, les travailleurs français : souvent, les règles de l’assurance-chômage française sont plus intéressantes qu’ailleurs, en termes de durée d’indemnisation comme de montant. Selon certaines associations européennes, ce changement risque de provoquer des « inégalités de traitement » entre les chômeurs d’un même pays, a relevé Les Echos. Sans compter les frais de transport, la barrière de la langue ou encore la difficulté d’être accompagné si l’on cherche un emploi dans son pays de résidence.

Ni la Suisse, ni le Luxembourg

La France a largement soutenu cette réforme, car elle permettra à l’Unédic de réaliser de grosses économies. Les travailleurs frontaliers ont représenté un surcoût de 708 millions d’euros en 2017, rappelle Le Figaro. Désormais, le texte doit être validé par le Parlement européen. Ça devrait être le cas avant la législature actuelle, fin juin. Cependant, alors que la majorité des travailleurs frontaliers français exercent en Suisse, ce pays ne fera pas parti de l’accord pour le moment. Egalement, le Luxembourg n’appliquera pas l’accord en 2021, mais cinq ans plus tard, le temps de s’organiser face à la surcharge administrative qui s’annonce.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Les opérations bancaires au nom de personnes très âgées de plus en plus contestées

La médiatrice placée auprès de la Fédération Bancaire Française affirme avoir été saisie "de plus en plus de contestations des…

24/05/2019 15:47

Soldes d’été 2019: quand est-ce que ça commence dans votre département ?

Plus que quelques semaines à attendre avant le lancement des soldes d’été 2019. S’il existe une date nationale, certains départements…

24/05/2019 14:30

Une taxe carbone aux frontières coûterait cher aux Français

La taxe pourrait coûter jusqu’à 130 euros aux ménages français qui achètent le plus de produits importés contenant du CO2.…

24/05/2019 13:57

Impôt, retraites… Le point sur les nouvelles mesures

Impôt sur le revenu bientôt allégés, CSG sur les retraites revu à la baisse… la fiscalité est en passe de…

24/05/2019 13:45

Découvrez quel est le premier département à revenir aux 90 km/h

Le président du conseil départemental de Haute-Marne souhaite que la vitesse soit rehaussée sur une quinzaine de routes départementales. Les…

24/05/2019 12:04

Le solde bancaire insaisissable : ce dispositif légal qui vous protège en cas d’endettement

En cas d'endettement, la législation vous permet de conserver un minimum vital insaisissable censé vous permettre de faire des achats…

24/05/2019 10:46