Catégories : Aides et allocations

CMU-C : et si vous étiez éligible à cette prestation sociale?

Vous touchez moins de 8 951€/an (au 1er avril 2019, l’ancien plafond étant 8 810), vous résidez sur le territoire français depuis plus de trois mois et vous êtes en situation régulière ? Alors, vous avez certainement droit à la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C).

Prise en charge

Cette aide permet au bénéficiaire d’avoir accès à une complémentaire santé de base entièrement gratuite, détaille Ameli.fr. Les soins chez le médecin, à la pharmacie, au laboratoire d’analyses, à l’hôpital, chez le dentiste, sont entièrement pris en charge. La CMU-C dispense également de l’avance de frais.

A LIRE >>> Reste à charge zéro: « les complémentaires ne peuvent pas être en déficit »

Pour ce qui concerne les lunettes et les prothèses dentaires et auditives, la CMU-C permet une prise en charge des dépassements, au-delà des tarifs de référence de la Sécurité sociale, mais il ne faut pas outrepasser un certain plafond de dépense. Dans certaines villes, être bénéficiaire de la CMU-C permet d’avoir des réductions substantielles sur le tarif des transports et communs. Par exemple, en Ile-de-France, le pass navigo solidarité, réservé aux bénéficiaires de la CMU-C et de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS) est à 18,80€ pour les zones 1-5, au lieu de 75,20€.

Simplification administrative

La CMU-C est attribuée pour un an, charge à la personne ensuite de faire le renouvellement deux mois avant la fin des droits. Cependant, ce ne sera plus le cas pour les personnes touchant le Revenu de solidarité active (RSA). Selon Le Parisien, à partir du 1er avril 2019, le renouvellement de la couverture maladie universelle complémentaire se fera automatiquement, les bénéficiaires du RSA (1,8 million de personnes en 2018) n’auront plus à justifier leurs revenus. Une mesure qui concerne 670 000 foyers.

Le but des organismes sociaux est d’améliorer la couverture des personnes les plus précaires. Près de 30% des personnes éligibles à la CMU-C n’y ont pas recourt, selon Véronique Wallon, présidente du conseil d’administration du fonds CMU. Parmi les raisons évoquées pour ne pas recourir à leurs droits, les personnes interrogées évoquaient la complexité de l’accès au droit, puisque l’ouverture et le renouvellement ne sont pas automatiques. En 2018, l’Assurance maladie a envoyé près de 300 000 courriers à des allocataires du RSA pour les informer sur leur droit à la CMU-C.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Comment la loi alimentation a changé les promotions dans les supermarchés

Les distributeurs ont dû s’adapter aux nouvelles conditions imposées par la loi. Si la hausse des prix a été modérée,…

23/08/2019 15:48

Ces smartphones qui diffusent beaucoup trop d’ondes électromagnétiques

L’Agence nationale des fréquences veille au grain : elle a épinglé récemment des téléphones portables qui ne respectaient pas la…

23/08/2019 15:41

La nouvelle version d’iOS pour iPhone devrait être disponible début septembre

Comme à l’accoutumée, c’est une fois l’automne arrivé qu’Apple présente ses nouveaux modèles et rend disponible la nouvelle version du…

23/08/2019 13:31

Sous-louer son HLM sur Airbnb peut vous coûter très cher

Plusieurs locataires indélicats se sont fait prendre au jeu de la sous-location de leur logement social sur Airbnb ou d’autres…

23/08/2019 12:12

Bercy met les bouchées doubles pour lutter contre la fraude fiscale

La loi sur la fraude votée en octobre 2018 commence à produire ses premiers effets, selon le ministre des Comptes…

23/08/2019 09:51

Nouveaux super-radars tourelles: à peine installés, déjà vandalisés

Les dégradations se multiplient contre ces nouveaux radars, au fur et à mesure que les pouvoirs publics les déploient sur…

23/08/2019 08:45