Assurance chômage : 500 000 personnes privées de leurs droits ?

Des droits plus longs à obtenir, des allocations journalières moins élevées… La réforme de l’assurance chômage devrait impacter des centaines de milliers d’allocataires.

La réforme de l’assurance chômage prévoit une baisse du montant de l’allocation journalière.

Dans quelle mesure la nouvelle réforme de l’assurance chômage va pénaliser les allocataires ? C’est la question à laquelle veut répondre un document de travail de l’Unedic dévoilé par RTL jeudi 4 juillet. En effet, la réforme de l’assurance chômage va impacter, notamment, les règles de calculs.

Lors d’une séance à l’Assemblée nationale ; le communiste Pierre Dharréville a estimé que 300 000 chômeurs seraient pénalisés. L’union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce (Unedic) a fait le calcul de son côté.

Des conditions durcies

Qui sera touché ? Tout d’abord, ceux qui ont travaillé moins de 6 mois au cours des deux dernières années. En effet, l’exigence est actuellement d’avoir occupé une activité pendant 4 mois sur 28. Autre durcissement : le rechargement des droits. Aujourd’hui, un allocataire recommence à cumuler ses droits dès qu’il retrouve du travail pendant, au moins, un mois. A partir d’avril 2020, ce rechargement sera amené à 6 mois.

Tous ceux qui ont travaillé moins de 6 mois et qui ont recommencé à travailler sans atteindre cette durée seront donc touchés, soit 500 000 personnes a compté l’Unedic. « 500 000 personnes chaque année seraient donc impactées par une ouverture de droit retardée ou annulée ». De plus, la durée des droits réduite impacterait un peu moins de 250 000 allocataires.

Baisse de l’allocation journalière

Ce n’est pas tout. La réforme de l’assurance chômage prévoit une baisse du montant de l’allocation journalière. En effet, le montant des allocations sera calculé sur un revenu moyen d’un mois et non plus sur les jours travaillés uniquement. Concernant cette modification, l’Unedic a réalisé une approximation estimant que « la moitié des entrants, soit 1,2 million de personnes, seraient affectés à des niveaux variables, par cette prise en compte des périodes sans travail ».

Enfin, l’Unedic précise qu’il n’est pas possible d’additionner les personnes impactées par chacun des effets car certaines seront concernées par plusieurs. De son côté, l’entourage de Muriel Pénicaud avait estimé qu’entre 600 000 et 700 000 personnes pourraient être touchées par la réforme.

Sur le même thème

chômage indemnisation chômage Réforme de l'assurance chômage

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique