Chômage partiel : la liste des bénéficiaires se réduit dès le 1er septembre

Le chômage partiel est prolongé au moins jusqu’au 1er novembre, pour seulement quatre catégories de personnes. 

Les salariés qui partagent le domicile d’une personne vulnérable ne peuvent plus bénéficier de ce dispositif. Crédit: iStock.

Depuis ce mardi 1er septembre, une grande partie des personnes qui bénéficiaient du chômage partiel sont sorties de ce dispositif. Les salariés qui partagent le domicile d’une personne vulnérable ne peuvent plus en bénéficier. La publication d’un décret au Journal officiel resserre, en effet, la liste des personnes éligibles. Si auparavant, les salariés qui partagent le domicile d’une personne vulnérable pouvaient bénéficier de ce dispositif, ce n’est plus le cas. Désormais, seuls les salariés les plus vulnérables, et sur prescription médicale, peuvent encore bénéficier d’une activité partielle au moins jusqu’au 1er novembre. 

Quatre pathologies reconnues

Le décret prévoit que seulement quatre pathologies nécessitent encore une activité partielle. Il faut pour cela « être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) », « être atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise », « être âgé de 65 ans ou plus et avoir un diabète associé à une obésité ou des complications micro ou macrovasculaires » ou bien « être dialysé ou présenter une insuffisance rénale chronique sévère ».

Les diabétiques sortis du chômage partiel

Cette liste, beaucoup plus stricte, exclut des personnes qui étaient considérées comme vulnérables dans le décret du 5 mai dernier. Les diabétiques, les personnes de plus de 65 ans sans problème de santé, les personnes obèses et les personnes ayant des antécédents cardiovasculaires sont ainsi sorties du dispositif.

A LIRE >> Prix du tabac, énergie, chômage partiel… tout ce qui change en septembre 2020

La Guyane et Mayotte ne sont pas concernés

Toujours placées en situation d’urgence sanitaire, la Guyane et Mayotte ne sont pas concernées par ces changements tant que l’état d’urgence sanitaire y sera appliqué. 

Sur le même thème

Aides sociales chômage Coronavirus

Réactions et commentaires

Sur la même thématique