Se connecter S’abonner

Coronavirus : activité partielle, budget, charges… les annonces de Jean Castex

Le Premier ministre a détaillé les mesures de soutien aux restaurants et aux bars, lors de l’émission de France 2 « Vous avez la parole ».

À Marseille et en Guadeloupe, les bars et restaurants doivent fermer leurs portes pour quinze jours à partir du samedi 26 septembre. Dans les « zones d’alerte renforcée », comme la capitale, les bars vont devoir fermer à partir de 22 heures. Ces mesures sanitaires ont été annoncées par le ministre de la Santé Olivier Véran mercredi, alors que la circulation du coronavirus ne cesse d’augmenter. Le lendemain, c’est au Premier ministre de s’exprimer, sur France 2, lors de l’émission « Vous avez la parole ». Il s’agissait notamment pour lui de justifier ces décisions plus restrictives et de répondre aux inquiétudes de l’hôtellerie-restauration. 

« Indemniser la perte du chiffre d’affaires »

« Nous avons décidé de prendre des mesures plus dures. C’est une course contre la montre pour éviter d’arriver à des situations qui ont été connues au printemps dernier », explique Jean Castex. « On ne joue pas avec une épidémie », poursuit-il, répondant à la polémique qui enfle à Marseille notamment, où élus locaux et professionnels contestent les nouvelles mesures. Répondant aux questions d’une restauratrice, le chef du gouvernement assure qu’il va « indemniser la perte du chiffre d’affaires » de la période de fermeture. 

Le Premier ministre affirme ainsi que les aides pour les entreprises touchées par ces restrictions vont augmenter. Il annonce tout d’abord que ces dernières pourront de nouveau utiliser le dispositif de chômage partiel, pris en charge à 100% par l’État. Jusqu’ici, l’employeur était remboursé à hauteur de 85%. Par ailleurs, Jean Castex explique que les charges sociales correspondant à la période de fermeture vont être exonérées. Il répond ainsi à une demande de François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises. Cette mesure d’aide concerne également toutes les entreprises qui ont perdu au moins 50% de leur chiffre d’affaires, détaille Matignon par la suite. 

A LIRE >>> Coronavirus: huit entreprises intermédiaires sur dix baissent leurs investissements

Des aides jusqu’à 10 000 euros avec le Fonds de solidarité pour les entreprises

Jean Castex évoque également le Fonds de solidarité pour les entreprises (FSE) qui permet aux TPE, indépendants et micro-entrepreneurs de demander une aide jusqu’à 1 500 euros. « Nous avons décidé d’augmenter cette aide pour couvrir vos charges fixes à hauteur de 10 000 euros », annonce-t-il. Parmi les dispositifs d’aide déjà existants, le prêt garanti par l’État reste aussi disponible pour les entreprises en difficulté.