Se connecter S’abonner

Assurance habitation: vers une diminution des primes en 2021?

Pendant le confinement, la sinistralité en assurance habitation a baissé. De quoi présager une diminution des primes dès 2021 selon Assurland.

Marseille Immobilier notaires

Selon le ministère de l’Intérieur, entre avril 2020 et juin 2020, les cambriolages de logements ont chuté de 25% sur tout le territoire par rapport au 1er trimestre 2020. La présence des Français à leur domicile, en raison du confinement, a également permis d’éviter des incidents tels que des dégâts des eaux ou des incendies. Pour preuve : le coût des sinistres a reculé d’un quart, indique le comparateur Assurland, dans un communiqué du jeudi 16 juillet, qui a bon espoir que les assureurs diminuent leurs prix.

« Si contrairement à l’auto, très peu d’assureurs ont pour le moment annoncé des gestes, nous nous attendons à ce que les effets du confinement donnent globalement lieu à une baisse des prix en 2021 dans l’assurance habitation », prévoit Olivier Moustacakis, cofondateur du site Assurland.com. 

Les Bretons paient le moins cher

En moyenne, il faut compter 179 euros par an pour assurer un appartement. Sans grande surprise, l’Ile-de-France est la région où la prime d’assurance habitation est la plus élevée (231 euros), juste devant la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (221 euros). Les Bretons sont logés à meilleure enseigne : ils ne versent en moyenne que 139 euros.

Côté maison, l’Ile-de-France, la Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) arrivent toujours en tête, devant l’Occitanie. Alors qu’assurer sa maison coûte en moyenne 248 euros par an, les Franciliens déboursent 311 euros, les habitants de la PACA 300 euros, et ceux de l’Occitanie 277 euros. Les Bretons ferment encore la marche, avec une prime annuelle de 209 euros.

Une multitude de facteurs

Comme le rappelle le communiqué, une multitude de facteurs entrent en compte pour fixer le montant de la prime d’assurance habitation. Les caractéristiques du logement sont étudiées comme le profil des occupants, le capital mobilier à assurer, ou encore le taux de sinistralité. C’est notamment le cas de l’Ile-de-France, de la région PACA et de l’Occitanie où les cambriolages sont plus nombreux que dans les Pays de la Loire ou la Bretagne. Les zones les plus exposées aux événements climatiques et catastrophes naturelles, telles que des inondations ou la sécheresse, font aussi grimper la facture.

A LIRE >> Protection des données et vie privée : qu’attendent les Français de leur assurance ?

Qu’ils résident dans un appartement ou dans une maison, 31% des Français ont déclaré un capital mobilier à assurer de 20 000 euros, 26% de 30 000 euros, 9% de 40 000 euros et 9% de 60 000 euros. Cette notion englobe aussi bien le coût de l’ensemble des meubles que les équipements électroménagers ou les bijoux. L’assureur s’en sert comme base de remboursement dans le cadre d’un sinistre. Bien entendu, plus il est élevé, plus le montant de la prime est important.