Assurance: êtes-vous bien assuré contre les dégâts causés par la sécheresse?

Des fissures sur les fondations et les murs, un affaissement de terrain… Les dégâts engendrés par la sécheresse sur les habitations sont peu assurés, selon le comparateur d’assurances Assurland. Dans un communiqué du jeudi 6 août, celui-ci chiffre à quatre millions le nombre d’habitations potentiellement très exposées à ce phénomène. Les terrains argileux, particulièrement meubles, favoriseraient les dégradations.

En cas de souci, un particulier doit être titulaire d’un contrat d’assurance multirisques habitation (MRH) comportant une garantie « catastrophes naturelles ». Une autre condition existe: le logement doit être situé dans une zone où un arrêté de catastrophe naturelle pour sécheresse a été publié.

Deux conditions

Ces deux conditions sont nécessaires pour espérer un dédommagement. Ensuite, le sinistré disposera de dix jours, à compter de la publication du décret interministériel, pour effectuer une déclaration auprès de son assureur. Après le passage d’un expert, il devra également s’acquitter d’une franchise. Assurland précise que le montant minimum de celle-ci est de 1520 euros. Une fois cette étape passée, l’assuré devrait être indemnisé sous trois mois.

Les agriculteurs, eux, sont obligés de souscrire à une assurance multirisque agricole. Elle inclut une garantie « catastrophes naturelles », qui couvre les dommages provoqués par les mouvements de terrain sur les bâtiments. En revanche, elle n’indemnise pas ceux provoqués par la chaleur ou la sécheresse sur les cultures non récoltées. S’il existe une garantie multirisques climatiques qui prévoit l’indemnisation de la perte de quantité des récoltes, son coût élevé est un frein à l’adhésion. Ainsi, seuls 30% des agriculteurs optent pour un tel contrat, précise le comparateur.

Une réforme en cours

D’après la Fédération française de l’assurance, les dégâts liés à la sécheresse coûtent entre 700 et 900 millions d’euros par an aux assurances. Pourtant, Il est très compliqué pour les assurés d’obtenir une prise en charge par leur assureur. Non seulement parce que l’état de catastrophe naturelle doit avoir été reconnu. Ensuite, parce qu’entre 2012 et 2018, à peine 52% des demandes formulées par les communes ont abouti. En comparaison, lors d’inondations, ce taux grimpe à 81%.

A LIRE >> Assurance habitation: vers une diminution des primes en 2021?

Et, parfois, les dégâts mettent plusieurs années à apparaître. Aussi, une réforme du régime des catastrophes naturelles est en cours. Elle prévoit, par exemple, d’allonger le délai de prescription après la survenance d’un sinistre de deux à cinq ans, pour « les dommages résultant de mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, reconnus comme une catastrophe naturelle ».

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

En cas de changement dans la filiation, la pension peut être restituée

Pour la Cour de cassation, la modification de la filiation paternelle d’un enfant peut entraîner pour la mère, qui en…

26/09/2020 10:58

Semaine dans le rouge pour la Bourse de Paris

L’indice phare de la place parisienne a cédé 5% sur la semaine. La raison tient au retour des inquiétudes sur…

25/09/2020 18:38

La dette publique, en forte augmentation, monte à 114,1% du PIB

À la fin du deuxième trimestre 2020, les emprunts de l’État représentaient 2 638 milliards d’euros, selon les chiffres de…

25/09/2020 17:20

Immobilier : au deuxième trimestre, le prix des logements augmente de 5,5% sur un an

Au premier trimestre, le prix des logements anciens et neufs affichait une hausse de 4,9%, selon l’Insee.

25/09/2020 17:12

La Bourse japonaise, en quête de la reprise mondiale

L’arrivée de M. Yoshihide Suga comme premier ministre ne devrait pas apporter de grands changements dans la politique économique du…

25/09/2020 16:53

Automobile : Bruno Le Maire ne veut pas d’un malus au poids

Préconisée par la Convention citoyenne pour le climat, l’instauration d’une taxe sur les véhicules les plus lourds n’est pas du…

25/09/2020 15:20