Se connecter S’abonner

Crédit immobilier: retour à la normale des taux d’emprunt dès juillet

Pour la Banque de France, la hausse des taux du crédit immobilier observée pendant le confinement est un phénomène provisoire.

taux
Crédit: iStock.

Depuis le confinement, les taux de crédit immobilier ont progressé. Dans une note statistique publiée lundi 8 juin, la Banque de France se veut rassurante. Elle estime que l’effet du confinement est « temporaire », expliquant que la hausse des taux est entièrement due aux renégociations, qui ont pesé pour 50 % des prêts en avril, contre 28 % en mars, dans un marché où les nouveaux prêts se sont faits plus rares.

Au mois d’avril, le passage des taux de 1,19 % en moyenne en mars à 1,31 % en avril, a fait craindre aux professionnels de l’immobilier un serrage de vis de la part des banques. « Hors renégociation, le taux d’intérêt des prêts à l’habitat baisse de 2 points de base et reste historiquement bas à 1,15 % », souligne la Banque de France.

Une augmentation ralentie

« Cet effet temporaire du confinement sur la production de crédits nouveaux devrait se poursuivre en mai et se dissiper progressivement à partir des chiffres de juillet », projette la Banque de France. 

A LIRE >> Crédit immobilier: le marché reprend mais les banques sont très sélectives sur les profils des emprunteurs

Ce constat vaut également pour les autres types de crédits, comme celui à la consommation. De manière globale, la croissance du crédit aux particuliers demeure, mais ralentit à nouveau en avril (+5,2 %, après +6,1 % en mars et +6,8 % en février), en rythme annuel. La décélération s’explique par la suspension de nombreuses activités économiques en avril. Elle est d’ailleurs plus sensible pour les crédits à la consommation (+ 0,4 % en avril, après + 3,5 % en mars) que pour les prêts à l’habitat (+ 6,0 % en avril, après + 6,6 % en mars), les banques ayant géré la continuité des mises en place pour les opérations initiées antérieurement.