Se connecter S’abonner

Protection des données et vie privée : qu’attendent les Français de leur assurance ?

La crise du coronavirus a fait évoluer les préoccupations des assurés. La plupart souhaitent désormais protéger en priorité leur identité numérique. 

Le coronavirus a-t-il mis en lumière l’importance de la protection de la vie privée et des données en ligne ? Que la prise de conscience soit antérieure ou pas, il semblerait que ces sujets soient devenus des préoccupations en termes d’assurance. En effet, la plupart des Français privilégient désormais la protection de leur identité numérique plutôt que l’assurance de leurs biens, selon une étude réalisée en avril pour l’éditeur de logiciel Guidewire Software

Les données personnelles plus importantes que les bijoux 

88% des personnes interrogées jugent que leurs données personnelles sont plus importantes que leurs vêtements (58% les font passer en premier) ou leurs bijoux (40% les privilégient). Pourtant, les Français jouent la contradiction : seuls 9% ont souscrit une assurance pour protéger leur identité numérique. 

« Bien que les consommateurs affirment maîtriser leurs assurances, l’intérêt nettement grandissant pour une protection contre le vol d’identité en ligne et la perte d’emploi indique que la pandémie a fait prendre conscience à la population des nouveaux risques auxquels elle est exposée », explique le directeur général EMEA de Guidewire Software Keith Stonell. 

A LIRE >> Assurance vie en euros: quel délai pour compenser l’impact des frais d’entrée ?

Les jeunes envisagent de prendre une assurance voyage 

Au-delà des cybermenaces, la crise du coronavirus a renforcé la volonté des Français de s’assurer en cas d’annulation de leurs voyages. Cette préoccupation-là se retrouve particulièrement chez les jeunes. 43% des 16-24 ans envisagent de souscrire à ce type d’assurance, contre 33% pour la totalité des sondés. 26% des personnes interrogées songent également à une protection des paiements. 

L’épidémie a-t-elle changé l’opinion des Français sur leurs assureurs ? La moitié affirme avoir gardé la même perspective, mais 28% ont une image plus négative, justifiée par l’idée que ces entreprises n’ont pas « fait assez pour aider les personnes dans le besoin ». Avant la crise, 18% des clients voyaient les assurances d’un mauvais œil. Aujourd’hui, près de 43% des Français considèrent les assurance comme « nécessaires, mais peu pratiques » et 21% trouvent leurs produits trop chers pour des indemnisations « souvent difficiles à obtenir ».