Se connecter S’abonner

Bilan contrasté pour l’assurance en 2020

L’assurance française a connu en 2020 une année contrastée, avec une activité en hausse auprès des particuliers, mais très pénalisée dans d’autres métiers, comme le marché des professionnels et la prévoyance, en raison du Covid-19, selon un bilan dévoilé mercredi par la Fédération française de l’assurance.

assurance

Le secteur de l’assurance présentait son état des lieux de l’année 2020 ce mercredi 24 mars. Et celui-ci est contrasté selon les branches. En assurance vie, le secteur a connu une année « atypique », marquée par une décollecte nette de 6,5 milliards d’euros, du jamais vu, selon la Fédération française de l’assurance (FFA). Ce mouvement a toutefois essentiellement pénalisé les contrats en euros, peu risqués, mais aussi faiblement rémunérateurs dans le contexte actuel de taux très bas, voire négatifs. En revanche, la collecte nette en unités de compte, plus risquées, mais potentiellement plus rémunératrices, « a augmenté, atteignant 18,3 milliards d’euros, marquant l’orientation croissante des Français vers une diversification de leur épargne pour améliorer leur espérance de rendement », d’après la FFA.

Indemnisations des sinistres en hausse de 2,9 milliards d’euros

Au total, pour les branches directement affectées par la crise sanitaire (auto, professionnels/entreprises, santé, prévoyance), les indemnisations de sinistres ont augmenté de 2,9 milliards d’euros sur l’année, a par ailleurs fait savoir la fédération.

Dans le détail, en assurance dommage et responsabilité civile, les primes ont atteint l’an passé 59,2 milliards d’euros, en progression de 1,2% par rapport à 2019, mais ce résultat masque de fortes disparités en fonction des métiers.

En automobile, l’activité a ainsi progressé d’environ 1% et l’assurance dommage pour les particuliers de plus de 3%. En revanche, l’assurance dommage pour les professionnels a reculé, de 1%, de même que l’assurance responsabilité civile (-2,2%) et la construction (-0,1%).

Forte sinistralité due aux pertes d’exploitation et aux contrats annulation

Sur les plans des indemnisations, le secteur a dû faire face à 12 millions de sinistres l’an passé en assurance dommage. Les prestations ont ainsi progressé de 2,1%, à 42,9 milliards d’euros.

« Sur l’assurance des professionnels/entreprises, la forte augmentation des sinistres est due en grande partie aux pertes d’exploitation et aux contrats annulation », a précisé la fédération.

L’année 2020 confirme en outre « la hausse constante des dommages causés par les sinistres climatiques observée depuis plusieurs années », dont le coût est estimé à 3,1 milliards d’euros, ajoute-t-elle.

En assurances maladie et en couvertures accidents corporels, l’activité a enfin progressé de 1,2%, à un peu plus de 25 milliards d’euros, là où les indemnisations ont crû de plus de 4% à 19,8 milliards d’euros.