Se connecter S’abonner

Axa débloque 300 millions d’euros pour aider 15.000 restaurateurs

La somme débloquée par le groupe Axa permettra d’éponger une partie des dettes de ses clients, touchés par la crise sanitaire et les confinements successifs.

Axa XL Groupe assurance bourse
Crédit : Istock.

Axa fait en geste pour les restaurateurs. Jeudi 10 juin, au lendemain de l’entrée en vigueur de la nouvelle étape du déconfinement, actant notamment la réouverture des restaurants en intérieur, le groupe d’assurance a annoncé le déblocage d’une enveloppe de 300 millions d’euros pour éponger une partie des dettes contractées par ses 15.000 clients restaurateurs avec la crise sanitaire. « On veut accompagner nos clients restaurateurs dans cette réouverture, il est important de mettre derrière nous cette difficulté, le flou judiciaire qu’on a vécu dans le dossier des restaurateurs », a indiqué sur Europe 1 Thomas Buberl, directeur général du groupe Axa.

Pour autant, « cette solution n’est pas une indemnisation, mais une transaction », a-t-il insisté, revenant également sur les litiges qui ont opposé Axa à plusieurs centaines de ses clients restaurateurs ces derniers mois.  « Je regrette tout ce qui s’est passé, parce qu’on était divisé avec les restaurateurs par un malentendu. On a vu que les cours d’appel ont jugé dans plusieurs directions. On veut mettre ça derrière nous », a souligné Thomas Buberl. Pour l’heure, la compagnie a recensé quelque 1.500 procédures judiciaires.

Des versements d’Axa dès juin

Prochaine étape, des agents d’Axa travailleront sur le terrain pour évaluer les besoins de chacun, a précisé le directeur général du groupe. Les premiers versements interviendront ensuite dès juin, pour s’échelonner jusqu’à la fin du mois de septembre.  Avec le déclenchement de la crise du Covid-19, de très nombreux commerces et établissements d’hôtellerie-restauration ont été contraints de fermer pendant des mois en raison des mesures de confinement. Ceux d’entre eux qui espéraient que leurs pertes d’exploitation soient couvertes par leur assureur ont dû déchanter, la plupart des compagnies expliquant ne pas couvrir les pertes liées à un épisode de pandémie. Cette interprétation a été particulièrement contestée par un certain nombre de restaurateurs.