Se connecter S’abonner

Budget : défiscalisez pour alléger le coût de la rentrée !

Nounou, soutien scolaire, assistance informatique, travail à domicile… Multipliez les dépenses familiales pour faire des économies. Explications.

impôts
Crédit : iStock

Comme chaque année, la rentrée plombe le budget de nombre de ménages. Les frais liés aux enfants notamment engendrent une charge financière importante. Pourtant, on l’oublie souvent, il est possible d’utiliser efficacement le levier des crédits d’impôt pour alléger la note. Vous ne réduisez pas directement vos frais, mais le montant de votre impôt exigible dans une certaine limite, le fisc ayant fixé un plafond pour chaque type de dépense éligible. Le cabinet de gestion de patrimoine Quintésens a listé deux grandes pistes à exploiter : les dépenses liées aux enfants et les frais liés au domicile.

Frais de scolarisation : un avantage automatique

Premier type de frais qui procure un avantage fiscal : ceux liés à la scolarisation. Qu’ils soient collégiens, lycéens ou encore étudiants, vos enfants vous donnent droit automatiquement à une réduction d’impôt qui est fonction du niveau de scolarité. Soit 61 euros s’il est au collège, 153 euros s’il est lycéen et 183 euros s’il est inscrit dans une formation de l’enseignement supérieur. Attention, pour ce dernier cas, l’apprentissage ne donne pas droit à avantage fiscal. A noter : en cas de résidence alternée, la réduction d’impôt est divisée par deux puisqu’elle profite aux deux parents.

Un crédit d’impôt pour les frais de garde et de soutien scolaire

Autre dépense qui permet de réduire son impôt : la garde d’enfants. Vous avez droit dans ce cas à un crédit d’impôt égal à 50 % d’un plafond de 2.300 euros, soit 1.150 euros par enfant. Attention la garde doit avoir lieu hors du domicile (crèche, halte-garderie… ou encore nounou) et votre enfant doit être âgé de moins de six ans. Seul le parent qui compte l’enfant à charge (garde alternée), bénéficie du crédit d’impôt.

Enfin, si vous faites appel à du soutien scolaire pour votre enfant, là aussi vous pouvez faire jouer un crédit d’impôt. Il est de 50% des sommes engagées dans une limite de 12.000 euros par foyer fiscal (il faut être imposable), cette dernière étant majorée de 1.500 euros par enfant à charge et par membre du foyer fiscal âgé de plus de 65 ans. Mais si vous payez des cours à domicile pour la première fois, les dépenses éligibles au crédit d’impôt sont prises en compte dans la limite cette fois de 15.000 euros. A noter : si vous faites appel à une société spécialisée pour assurer le soutien scolaire, la TVA réduite à 10 % s’applique.

Sport à domicile, assistance informatique… sont déductibles

Comme pour le soutien scolaire, toutes les prestations fournies à domicile vous ouvrent droit au crédit d’impôt de 50%. Sont concernés notamment les travaux ménagers, de jardinage, de petit bricolage… La liste complète englobe au total 26 activités (article D7231-1 du Code du travail). A noter : si vous faites appel à un coach sportif, vous pourrez aussi profiter de l’avantage fiscal. Cette activité rentre, en effet, dans les emplois à domicile.

Attention, les frais correspondant aux travaux de bricolage, de jardinage et aux prestations d’assistance informatique sont pris en compte dans des limites respectives de 500 euros, 5.000 euros et 3.000 euros. Le fisc se montre tatillon sur le périmètre des prestations. Pour le jardinage, il faut que cela relève du simple entretien courant : taille du gazon, par exemple, mais pas la conception d’un jardin par un paysagiste !

Télétravail : une réduction forfaitaire ou à hauteur des frais réels

Si vous avez effectué ou si vous effectuez du télétravail, vous pouvez également profiter d’une carotte fiscale. Si vous n’avez pas perçu ou ne percevez pas d’allocation de votre employeur, vous pouvez déduire vos frais réels pour leur montant exact (faites bien vos calculs !) ou bien opter pour le forfait de 50 euros pour un mois (comprenant 20 jours de télétravail), dans la limite annuelle de 550 euros. Si vous n’optez pas pour la déduction des frais réels, vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 10 % calculé automatiquement sur votre salaire.

Si vous avez perçu ou percevez une allocation de votre employeur, cette dernière est exonérée d’impôt sur le revenu. Vous n’avez pas à la déclarer. Si vous optez pour la déduction des frais réels, vous ne pouvez pas déduire vos frais liés au télétravail à domicile, mais uniquement ceux liés à votre activité à condition de pouvoir les justifier.

A noter : les frais de télétravail déductibles incluent par exemple les frais de communication (abonnement Internet…), les frais liés à l’utilisation d’un local (électricité…) ou encore l’achat de matériel informatique.