Se connecter S’abonner

Banques : près de la moitié des Français sont encore à découvert au moins une fois par an en 2021

Moins de Français estiment avoir moins de pouvoir d’achat en 2021, par rapport à 2020. Mais ils sont encore près d’un sur deux (46%) à affirmer avoir été à découvert au moins une fois dans l’année, selon une étude.

pouvoir d'achat
Crédit : iStock.

Une amélioration, oui, mais une fragilité qui persiste. Les Français sont moins nombreux à juger avoir un pouvoir d’achat faible : 36% en 2021, contre 43% des personnes interrogées en 2020, selon un sondage Panorabanques publié le 19 octobre. La même proportion estime avoir perdu du pouvoir d’achat cette année (36%, contre 43% aussi l’an dernier). Ils sont 58% à penser qu’il est convenable, contre 53% l’an dernier, et 5% jugent qu’il est élevé. Quant à la stabilité, ils sont 59% à estimer que le pouvoir d’achat est stable depuis le début de l’année, alors qu’ils étaient 54% en 2020.

Autre enseignement de l’étude, près de la moitié des sondés (46%) dit avoir été à découvert au moins une fois dans l’année. C’est moins que l’année dernière, puisqu’ils étaient 51%. De plus, 19% déclarent être à découvert tous les mois (20% en 2020). Le montant moyen du découvert baisse : il est de 232 euros, contre 246 euros il y a un an. Cependant, de fortes inégalités persistent : ce sont les personnes qui vivent avec des enfants qui connaissent un découvert au moins une fois par an, soit 58% des Français. Les jeunes sont plus touchés, puisque 51% des 18-34 ans connaissent au moins une fois cette situation, contre 38% pour les 66 ans et plus. Enfin, ce sont les personnes à revenus modestes qui sont les plus concernées, soit la moitié (50%) de celles qui gagnent moins de 1.500 euros par mois, contre 34% des Français gagnant plus de 3.000 euros mensuels.

Près de la moitié dépasse la limite autorisée

Les trois raisons évoquées par les personnes interrogées sont, dans l’ordre, une situation financière globalement difficile (36%), une dépense importante non prévue (34%) et enfin, une inattention dans la gestion de son compte (23%). Parmi ceux qui disent être à découvert au moins une fois dans l’année, 49% dépassent la limite autorisée. « Sur les 88% qui ont une autorisation de découvert, 41% dépassent celle-ci », précise encore l’étude. Le montant du dépassement moyen est de 284 euros cette année, un peu moins qu’en 2020, 295 euros.

Un découvert autorisé coûte en moyenne 10 euros par an, selon Panorabanques. Les agios varient en fonction des établissements : « le taux nominal annuel du découvert autorisé varie entre 7% (BforBank, Boursorama Banque, et Fortuneo) et plus de 15% (BNP Paribas et La Banque Postale par exemple) », précise le comparateur. Un découvert non autorisé coûte beaucoup plus cher : si les commissions d’intervention sont plafonnées à 8 euros, soit 80 euros par mois depuis 2014, neuf banques sont en-dessous de ce plafond en 2021. Il s’agit notamment de la Banque Postale, du Crédit Mutuel Maine-Anjou Basse-Normandie ou encore du Crédit Coopératif. 

La plupart des banques en ligne ne font pas payer ces commissions. Concernant les « lettres d’informations pour compte débiteur non autorisé », elles sont gratuites dans 33 banques, et coûtent 10 euros en moyenne dans celles où elles sont payantes. Enfin, le découvert coûte beaucoup moins cher dans une banque en ligne. En effet, il est 29 fois inférieur selon cette étude : 60 euros de frais en moyenne par an pour les traditionnelles, contre 2 euros pour les banques en ligne.